31ème chronique : Je suis une légende de Richard Matheson

Dernièrement, j’ai lu un classique de la science-fiction  : Je suis une légende.

Eh oui, avant d’être une film hyper-médiatisé avec Will Smith, Je suis une légende est un livre qui a été écrit en 1954 et est devenu au fil du temps, un véritable classique américain incontournable.

je-suis-une-legende-richard-matheson-9782207500101 757042_2881970

Comme vous, il croyait que les vampires ne hantaient que les mythes de l’Europe centrale et la littérature d’épouvante. Comme vous, il se trompait. Il est aujourd’hui l’ultime survivant d’une étrange épidémie qui a fait subir à l’humanité une mutation irréversible : le virus qui contraint les hommes à se nourrir de sang les empêche aussi de mourir tout à fait et les oblige à fuir les rayons du soleil. Ainsi, chaque jour, Robert Neville doit organiser sa survie et chaque nuit subir les assauts des demi-morts affamés. Mais l’horreur atteint son paroxysme lorsqu’il doit résister à l’appel suppliant de la femme qu’il aime…

Le personnage principal est le dernier humain à vivre sur Terre. N’y-a-t’il pas meilleur scénario pour s’identifier au protagoniste.

Robert Neville est donc un homme rempli de regrets, de tristesse qui tente de survivre malgré lui autour d’une ambiance glauque. En effet, tous les soirs, des monstres (ressemblant de prés ou de loin à des vampires…) tentent d’entrer chez lui.

je_suis

Je vous avoue que c’est une livre qu’il ne faut pas lire la nuit car, quoique que vous puissiez entendre, vous êtes effrayés pendant tout le livre (et oui, c’est du vécu). Ce livre est donc parfait pour Halloween !

J’ai été très intéressé par l’aspect scientifique du livre, ici, l’épidémie n’est pas d’ordre imaginaire ou non-expliquée/explicable, Matheson nous offre une dimension scientifique très intéressante et nous propose une mini-étude sur ce caractère du vampirisme.

L’émotion est là aussi, Neville rêve de sa famille, du moins, de sa femme et de son enfant qui sont disparus. On ne peut donc s’empêcher d’être sous le charme de la tristesse qu’il dégage.

120511123453522417 Je garde le meilleur pour la fin. Ce final, aurait pu être prévisible s’il avait été bâclée, mais là ! La fin est splendide. Les deux derniers paragraphes sont à la fois beaux et terribles !

Au final, un magnifique livre avec un beau message. Des personnages attachants et une atmosphère angoissante qui plaira forcément…

NOTE : 5/5  MENTION  COUP DE COEUR pour HALLOWEEN !!!

je-suis-une-lc3a9gende-the-last-man-on-earth

Je vous invite à vous rendre ici où Katia, une vraie pro des vampires, vous propose une étude riche de ce magnifique roman.

Allez, je vous laisse la bande-annonce version française du film adapté de 2007 :

Bonnes lectures à tous

The Bookworm’s Apprentice.

Publicités

Journal d’un vampire : Qui sont les personnages sur les couvertures ?

Coucou à tous, j’ai énormément vu de monde chercher les personnages de cette saga sur chaque couverture des livres.

Donc, qui est sur la couverture du tome 1, 2 etc. ?

ATTENTION RISQUE DE SPOILERS SUR LES PREMIERS TOMES (jusqu’au tome 4)

TOME 1 :

logo_11754

Il s’agit bien évidemment du vampire le plus nommé de la saga après son frère : le célèbre « Stefan Salvatore » dans sa peau de vampire.

TOME 2 :

journal-vampire-2

Il s’agit d’Elena Gilbert dans sa peau de vampire suite à l’accident provoqué par Katherine.

TOME 3 :

2680160286_1

Il s’agit de Damon Salvatore dans sa forme de vampire.

TOME 4 :

untitled

Il s’agit très certainement de Shinichi, le Kitsune malfaisant (ou Damon qui, selon les rumeurs, aurait été modifié sur les couvertures suite à une erreur…) Donc, on y croit ou pas…. MYSTERE….

TOME 5 :

logo_11880

Il s’agit très certainement de la soeur de Shinichi, Misao mais des rumeurs annoncent qu’il s’agirait de Caroline malgré le manque de présence de ce personnage dans ce volume.

TOME 6 :

journal-d-un-vampire,-tome-6-660212-250-400

Il s’agit de Meredith, humaine (absence de sang sur ses lèvres) qui est présentée sur cette couverture.

TOME 7 :

logo_11971

Il s’agit très certainement de Zander, le futur petit-ami de Bonnie, la médium, qui est présenté (sang sur ses lèvres présentant une énigme sur sa véritable nature); ou il s’agit de Matt, mais le sang sur son visage reste là totalement inexplicable.

TOME 8 :

journal-d-un-vampire,-tome-8---cruelle-destinee-3435463

Il s’agit bien évidemment de Bonnie sur cette couverture dont les mèches brunes ont été supprimées pour l’édition française.

TOME 9 :

logo_123174

Bien que tout suppose qu’il s’agisse de Katherine (?), il s’agit bien d’Elena Gilbert sous une forme que l’on découvre dans ce volume.

TOME 10 :

journal-d-un-vampire,-tome-10---la-traque-403031-250-400

Le personnage sur la photo ayant un air très ressemblant au visage de Ian Somerhalder, il est donc fort probable qu’il s’agisse de Damon Salvatore (ou bien Jack, non non, je n’en dirais pas plus CHUTTTTT…) !

TOME 11 et final :

journal-d-un-vampire,-tome-11---redemption-469098-250-400

A moins qu’il s’agisse d’une nouvelle version du personnage de Damon (ce qui est probable à moins d’1%), il s’agit de toute évidence de Stefan Salvatore si l’on suit bien le cours de l’histoire.

VOILA VOILA, j’espère que cet article vous aura plût ! Je vous demanderai de ne pas spoiler la saga en commentaires 😉 ! N’hésitez pas à donner vos avis et vos suggestions, etc. !!

Le Futur-Apprenti dévoreur de livres (et oui, j’ai peut-être réussi à avancer d’un grade finalement…) ! 😉

26ème chronique : Journal d’un vampire, tome 3 et 4 de L.J Smith

Récemment lus, je vous présente dans cette chronique, le troisième et quatrième tome de la saga Journal d’un vampire de L.J Smith.

untitled journal-d-un-vampire-tome-4_2148126-L

Sur ces deux couvertures, nous retrouvons Damon; sur la troisième couverture, Damon est représenté sous son ancienne forme humaine; et sur la quatrième couverture, Damon est représentée sous forme de vampire.

Résumé du troisième tome :

Revenue à la vie, Elena n’est plus une simple humaine. Dans ses veines coule désormais une force qui la rend irrésistible aux yeux de tout être malveillant. Pour protéger celle qu’il aime, Stefan le sait, il leur faut fuir Fell’s Church : une créature maléfique y provoque d’étranges phénomènes… Damon, le frère de Stefan, traqueur maintenant traqué, ne tarde pas à en découvrir la source : Shinichi. Esprit diabolique et polymorphe, ce kitsune des légendes japonaises est venu avec sa jumelle Misao dans l’unique but de détruire la ville. Sous l’emprise du démon avec lequel il a passé un pacte, Damon persuade Stefan de partir, pour l’éloigner d’Elena. Mais c’est sans compter sur Bonnie, Meredith et Matt. Mais parviendront-ils à dompter leurs propres démons intérieurs ? Sauront-ils déjouer les pièges des jumeaux pour sauver leur amie et Fell’s Church ?

Stefan n’est pas absent de ce troisième tome mais n’est plus le personnage central. Cette place est tenue par Damon qui vient en aide à Bonnie et Elena pour vaincre le danger et des forces maléfiques qui rôde dans la ville. On découvre alors une nouvelle facette du personnage qui, malgré son orgueil, peut se révéler sensible.

Dans ce tome, nous retrouvons nos héros dans un mauvais état, surtout Elena qui est désormais dans un état enfantin aux pouvoirs inestimables. Elena est devenu un être pur incapable de parler. Stefan et Damon ne changent pas dans ce tome, les deux héros sont toujours aux petits soins de la belle, mais… alors que tout semble être en voie de s’arranger, une menace survient. Des âmes (appelées malachs) prennent possession des corps des jeunes gens de Fell’s Church, et Caroline est la première infectée. Une ambiance Smithienne apparaît et nous retrouvons bien l’écriture horrifique de notre auteur favorite. Cependant la suite est énormément lente et insupportable, il n’y a que très peu d’actions et les passages intéressants semblent négligés, la mythologie des malachs et de leurs maîtres (sorte de renards-garous) : les kitsune; est peu riche et mal exploitée, quand aux autres personnages, ils sont vraiment lourds et fades. De la fin de la première partie jusqu’au début de la fin de la dernière partie, l’intrigue est ennuyante. Heureusement que la fin est exceptionnelle et inattendue, nous révélant une nouvelle bataille épique se terminant en cliffhanger.

Même si ce tome n’était pas gagné d’avance, la fin a réussi à me surprendre comme jamais.

NOTE : 13/20

k

Pour le quatrième tome, j’avais une petite appréhension, et le début ne fut pas gagné d’avance (comme son prédécesseur).

Misao et Shinichi ont avoué avoir enfermé Stefan. Et Misao donne des indices qui feront tourner la tête d’Elena. Matt et Damon, malgré la tension, doivent s’unir pour retrouver avec Elena, Stefan et détruire Misao et Shinichi. Matt, qui revient à Fell’s church, aide alors Mme Flowers à protéger du mieux possible la ville. Meredith et Bonnie vont se joindre à Elena et Damon. Seulement, pour pouvoir rentrer dans le « Royaume des Ombres », il faut qu’Elena, Meredith et Bonnie se fassent passer pour les « esclaves » de Damon. Etant leur « maître », elles ne risquent rien, à part des coups de fouet si elles ne respectent pas les règles. Elena en a reçus car elle a défendu une esclave qui se faisait fouetter alors qu’elle était enceinte. Pour qu’elle n’ait pas mal, Damon a absorbé la douleur pour elle.

Après avoir réussi à entrer dans le « Royaume des Ombres », Elena et ses amis trouvent la clé qui ouvrira la porte de la prison de Stefan, même si plusieurs rencontres ont bouleverser les recherches (des rencontres aussi bonnes que mauvaises)… Damon et Elena vont se rapprocher. Mais à la fin du livre, Damon va redevenir humain ! Grâce à une fleur cachée qu’un ami kitsune de Stefan lui avait donné pour accomplir son souhait le plus cher : redevenir humain. Simplement elle était noire, les roses noires étant rares et les préférées de Damon il l’a prise en la pensant normale, la sentit et quelque chose d’étrange s’est passé, il s’asphyxiait. Sage arriva et lui dit de se calmer et d’inspirer et expirer, faisant ainsi fonctionner ses poumons. Cette condition d’humain ne lui plaisant pas du tout, il décida de tout faire pour retrouvé sa position d’antan, c’est-à-dire de vampire puissant.

Le début de ce quatrième tome fut complètement absurde et lent, l’histoire d’amour/attirance physique entre Elena et Damon était réellement improbable et peu réaliste. La première partie durant laquelle les personnages se mettent en route pour le Royaume des Ombres, où les jumeaux kitsune ont enfermé Stefan, est longue et vraiment très mal exploitée. Mais la seconde partie est juste : PARFAITE. Dans cette seconde partie, les personnages évoluent d’une manière exceptionnelle, la plume de L.J Smith est magique et presque visionnaire en nous lançant une intrigue avec une petite morale. Les nouveaux personnages sont juste géniaux et superbes. La fin est inattendue, pas exceptionnelle, mais en tout cas bien trouvée.

Un quatrième tome plein de surprises, vraiment superbe, c’est mon Coup de coeur n°2 de l »année 2014.

NOTE : 19,5/20

g

J’adore et vivement la suite : Journal d’un vampire, tome 5 : L’Ultime Crépuscule, déjà dans ma PAL :

logo_11880

Avec en plus une couverture magnifique représentant Caroline.

Le résumé :

Avec l’aide de l’irrésistible mais néanmoins sournois Damon, Elena a sauvé son cher Stefan du Royaume des Ombres. Mais aucun des deux frères vampires n’en est revenu indemne. Affaibli par sa longue captivité, Stefan a besoin de plus de sang que ce qu’Elena peut lui fournir, tandis que Damon, en proie à une étrange magie, est redevenu humain. Furieux, Damon veut à tout prix retrouver sa condition de vampire, entraînant Bonnie avec lui dans les ténèbres. Elena et Stefan les suivent pour libérer leur innocente amie sorcière. Pendant ce temps, c’est la panique à Fell’s Church… Matt et Meredith doivent sauver des esprits dangereux qui l’ont envahie leur ville natale, où un par un, les enfants succombent à des forces démoniaques. Matt et Meredith vont bientôt découvrir que la source du mal est plus sombre et plus proche que tout ce qu’ils auraient pu imaginer…

Je tiens également à préciser que le tome 10 de la saga est sorti tout récemment :

41-ORr80wcL._

Un scientifique a créé une nouvelle race de vampires génétiquement modifiés afin de conquérir le monde paranormal. Déterminé à éliminer tous les vampires naturels laissés sur terre, il a choisi Damon comme prochaine cible. Une course contre la montre vient de commencer pour Elena. Elle doit trouver l’arme qui viendra à bout de ces créatures étranges, avant de perdre tous ceux qu’elle aime et se retrouver seule pour toujours…

Pour découvrir le dernier tome, voici le lien avec le résumé en français, fait par mes soins :

http://booknode.com/journal_d_un_vampire,_tome_11_0883722

Pour les addicts de la série télévisée, la saison 5 est disponible en streaming, cette saison est la meilleure et je vous la conseille énormément.

THE VAMPIRE DIARIES

La saga Journal d’un vampire, à partir du sixième tome, n’est plus écrite par L.J Smith, car celle-ci avait un point de vue de la fin de la série qui ne convenait pas aux éditeurs et qui a été virée. Grâce à Amazon et avec son nouveau programme Kindle Worlds, elle a reprit sa série sous forme de fan-fiction.

Paradise

Damon is back and enjoying his vampire existence to its fullest. Elena, Bonnie and their friends are in their third week at Dalcrest College, ordinary students aware of an extraordinary world that verges on their own campus.

Stefan is scarcely aware that he is living in a fragile paradise with Elena as his devoted girl . . . until one night, it all shatters. He wakes from a dream to find Elena limp and white in his arms and rushes her to the hospital for a massive transfusion.

Elena survives, but Stefan decides that there is only way that she will ever truly be safe is without him. To make his exit complete, Stefan removes himself from the memories of Elena, her friends, and all of Fell’s Church.

Can true love ever really be forgotten? Will Damon finally have Elena by his side as his Princess of Darkness?

  • This is the beginning of a fanfiction series written by L.J. Smith and her original intention of the continued story after The Return series.

War_of_roses

Elena and her friends now have no conscious memories of Stefan—but each is having a difficult time adapting to a world without him. Damon can scarcely put out fires fast enough.

Bonnie feels as if she’s going insane. Her latest oddity is sleepwalking across the Dalcrest campus with only a golden-eyed white “dog” as a companion. This behavior terrifies the others, especially given the recent attacks in neighboring towns that leave girls drained of blood.

More, Bonnie finds herself caught up in her own love triangle with Matt’s shy new roommate, Bastian, and Damon. She realizes that Damon should be completely off limits, but she can’t help feeling there is someone else who is Elena’s perfect partner somewhere.

No one knows much about Bastian, who has white-blond hair and golden eyes, but he doesn’t seem to like Damon. Is Bastian just jealous of Damon’s affection for Bonnie or does he have some darker secret?

Meanwhile, both red roses and black are mysteriously appearing for Bonnie and Elena. Who are they from, and why do they seem so important? The War of Roses has just begun. . . .

paradise-lost-lj-smith

http://ljanesmith.net/blog/2014/635-l-j-smith-s-new-vampires-diaries-series

24ème chronique : La Fiancée de Corinthe de Goethe

Il s’agit de ma deuxième lecture scolaire de cette période, celle-ci étant non obligatoire, je me suis quand même lancé dans la lecture de ce récit très court (trois pages) que vous pouvez trouvez sur internet sur les sites suivants :

http://oscurantis.pagesperso-orange.fr/goethe.htm

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k620658/f7.image

Mikhael Lazare Fiancee

L’histoire est très simple et courte et Goethe nous transporte très vite dans une histoire-poème. L’histoire d’amour assez superficielle s’installant entre la Vampire (qui apparaît ici sous forme spectrale) et le personnage principal est assez ambigue. Le personnage principal agit, comme dans la Morte amoureuse de façon très réaliste et… une nouvelle fois je n’ai pas su apprécié la Vampire dans le rôle que l’on lui a destiné. La fin est dramatique mais ne pas non plus attristé dans le sens où le sens du récit perd de la crédibilité à partir de l’apparition du fantôme-vampire.

Je suis tout de même content d’avoir lu une de ces oeuvres majeures de la littérature vampirique et je vous conseille très fortement ce récit qui ne peut malheureusement pas être un coup de coeur pour la simple et bonne raison qu’il est vraiment trop court pour que l’on apporte un jugement réellement détaillé.

NOTE : 18/20

Nouvelle intégrée dans cet ouvrage :

001944747

23ème chronique : La Morte Amoureuse de Théophile Gautier

En cette période, nous étudions la littérature fantastique et, à cette occasion, il a été demandé de lire cette oeuvre si connue de Théophile Gautier : La Morte Amoureuse.

001944747

J’ai été très content de me procurer ce livre dans cette édition si plaisante à la lecture, en format poche rectangulaire et surtout… avec la couverture représentant Le Vampire d’Edvard Munch. Le livre étant relativement court, ma chronique sera donc assez brève.

Pour l’histoire

Dans la Vérone moderne, un jeune prête tombe sous le charme de Clarimonde, jeune femme à la beauté maléfique, défiant les lois de sa profession. Alors que la passion encercle les deux personnages, Clarimonde meurt subitement mais réssuscite aussi  vite, surprenant le jeune prêtre, mais ce dernier est prêt à tout pour suivre son amour, sacrifiant sa vie.

Cette passion dévorante arrivera-t-elle à sa fin ?

Mon avis

J’ai beaucoup apprécié le contexte de l’histoire, l’écriture bien qu’ancienne est très rapide et facile à lire, Théophile Gautier possède une fine plume très appréciable. L’histoire est très bien menée (le point bémol est le fait que l’histoire soit si courte). Le personnage principal est touchant puisqu’il a une attitude très réaliste et tout à fait humaine, quand au prêtre, son attitude est assez critiquée entre les lignes par l’auteur, critiquant discrètement la religion au passage. Clarimonde est l’exemple parfait de la vampire séductrice et mortelle, un personnage que j’ai peu apprécié dans le rôle que lui a donné l’auteur.

En bref…

Une récit à lire si vous aimez les livres rapides à lire et les histoires (un peu glauques) de vampires. Très conseillé aux élèves entamant leur fin de vie collégienne pour la culture.

Coup de coeur des lectures scolaires de l’année ! Et donc… 1er COUP DE COEUR DE L’ANNEE 2014.

NOTE : 20/20

20ème chronique : A comme Association tome 1 et 2 de Pierre Bottero et Erik L’Homme

Je vous présente dans cette 20ème chronique, a nouveau une nouvelle série de livres dont je vais vous parler des deux premiers tomes. Autrefois une saga peu connue du public et maintenant entrée dans le panthéon de la « Young Adult », il s’agit de la série : A comme Association; sortie il y a peu de temps en poche. Les deux premiers tomes étant étés lus sur ma liseuse électronique, la fluidité de ses deux romans vont me permettre de vous faire un compte-rendu de cette lecture avec ses points forts et… points faibles.

jCcrqPb_mepbxcSQq0BQ50XzKHo33152477_7878809A comme 2  a-comme-association,-tome-2---les-limites-obscures-de-la-magie-122026

Je vais donc débuter cette chronique avec le premier tome écrit par Erik l’Homme.

Première mission pour Jasper : trafic de drogue chez les vampires

Jasper vit à Paris, va au lycée et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval. Bon,
mais depuis peu, il fréquente aussi le 13, rue du Horla, l’adresse ultra secrète de L’Association.
L’organisation a repéré chez lui certaines aptitudes pour la magie et lui a proposé de devenir
agent stagiaire. Et les stages de L’Association ne se passent pas vraiment autour de la photocopieuse ! Armé d’une bombe lacrymogène au jus d’ail, Jasper est envoyé chez les vampires pour enquêter sur un trafic de drogue.

Attention au retour du jet d’ail !

Du début jusqu’à la fin, ce livre est vraiment très drôle avec cet intrépide Jasper plein de surprises et de répliques toujours excellentes. Côté histoire, le scénario n’est pas sorti des sentiers battus avec une histoire vraiment vue et revue, une intrigue cependant menée à merveille grâce au personnage merveilleux et adorable qu’est Jasper. L’écriture d’Erik L’Homme est vraiment très fluide et m’a permis de lire ce livre (littéralement) en moins de 2 heures. Côté personnage, j’ai beaucoup de mal à aimer Ombe comme beaucoup d’autres adorateurs de cette saga. J’ai trouvé ce personnage vraiment insupportable et qui ralentissait vraiment beaucoup l’ambiance du livre. La mythologie de ce livre est malheureusement très peu présente, très peu développée et parfois fade. Le passage de la fin est relativement étrange puisque je ne m’attendais pas vraiment à tomber sur ce genre de fin, imaginant un final plus doux et moins punchy. Un premier tome très court et très plaisant à lire, c’est une belle découverte que je ne regrette pas et que je recommande pour une lecture de plage par exemple.

NOTE du premier tome : 17/20.

Comme j’ai du premier jusqu’au 7ème tome de cette saga sur ma liseuse, j’ai enchaîné sans plus attendre avec le tome deux écrit par Bottero, monument de la littérature jeunesse et fantastique du XXIème siècle.

Ombe fait l’effet d’une bombe

Elle s’appelle Ombe, est lycéenne à Paris et adore la moto. Elle a aussi l’incroyable pouvoir
d’être incassable ou presque. C’est pourquoi L’Association l’a recrutée comme agent stagiaire.
Une stagiaire de choc, qui fait des débuts remarqués en explosant une bande de gobelins devant tous ses camarades de classe. Le problème ? La discrétion est une obligation absolue au sein de L’Association, comme le lui rappelle Walter, son directeur. Et à force de foncer tête
baissée, Ombe l’incassable risque fort de comprendre ce que « ou presque » veut dire.

J’étais assez optimiste de pouvoir mieux connaître Ombe suite à mon avis négatif sur cette dernière lors du précédent tome et je dois dire que je suis déçu. Le scénario s’est alourdi, la mythologie devenue désormais devenue beaucoup plus importante était trop présente. Seuls les passages où il y a des actions époustouflantes ou les passages où l’on voit Jasper sont intéressant. J’ai vraiment commencé à avoir en horreur Ombe avec son caractère horrible et sa superficialité qui se révèle au fil du volume. Je ne sais pas si le point le plus négatif de ce livre repose sur l’écriture fade et ennuyante de Bottero pour ce livre ou si il s’agit de l’histoire qui a été mal travaillée et devenue pesante. Je n’irai malheureusement pas plus loin dans cette saga pour le moment car j’ai réellement été déçu de ce second tome catastrophique. Je ne mettrais pas de notre pour ce second tome car je pense que je relancerai dans cette lecture dans l’espoir de retrouver le plaisir et l’ambiance joyeuse et très sympathique que j’avais eu le bonheur de trouver dans le premier tome.

24656227-jpeg_preview_large

Une série que je recommanderai pour des lectures « détentes » ! A découvrir !

La série complète :

a comme association

La bande-annonce de la série :

A-comme-association-Logo

 

16ème chronique : L’ombre des vampires de Mette Skot Perschke

Il y a un an, j’ai cherché un livre ressemblant à Twilight, j’ai donc cherché sur internet, le fameux livre qui pourrait me plaire. Et il se trouve qu’en visitant ce site : http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20090127121250AAFH9fK ; j’ai découvert un nouveau livre dont le titre ne me disait vraiment rien et, au résumé, j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre unique (sans suite ! Alléluia !).

515J1S9T65L._ 9782266103794_4_75

Il s’agit tout d’abord d’un livre que quasiment personne ne connaît et qui a été édité en 2004. Alors, cela m’a donné encore plus envie de l’acheter.

Ce soir-là, elle n’aperçoit d’abord que sa fine silhouette. Il se tient près de la tombe, où l’obscurité est la plus dense. Il s’avance vers elle. Ses yeux sont foncés, très foncés. Son regard est si intense que Sara a soudain la sensation de flotter. « J’ai l’impression de le connaître depuis toujours », se dit-elle. Pourtant ils viennent à peine de se rencontrer… Elle tend une main prudente vers lui.
– Il ne faut pas que tu me touches, implore-t-il.

Le début est un commencement type de livre bit-lit, l’héroine est très banale et apparaît comme un mixage entre Bella de Twilight et Elena de Journal d’un vampire. Le début est très simpliste avec une héroine en pleine « puberté », avec des vagues de rébellion avec son père, suite à la mort de sa mère. L’intrigue avance cependant très vite et c’est un point que j’ai grandement appréciée, la rencontre avec Andréas, un vampire de la même lignée que Stefan Salvatore, arrive très vite, bien que ce dernier est torturé, il n’en est pas moins un être qui s’apitoie inlassablement sur son sort au point de jouer les Roméo transis. Une amitié soudée apparaît au fur et à mesure entre Andréas et Sara mais, l’histoire d’amour m’a semblé vraiment trop rapide et assez inutile. Lorsque Damian arrive, un ambiance plus dure et « démoniaque » se propage, ce dernier étant un bad-boy prétentieux aurait dû me plaire mais, il est réellement sans coeur et ne cache aucune émotion, car son amour pour Sara est réellement difficile à croire et inimaginable. Il y a également l’apparition de Vivian qui va très vite attirer le père de Sara, dès l’instant où ce personnage a commencée à s’intéresser à Sara, j’ai compris sa véritable nature. A la fin du milieu du roman, on découvre que Andréas et Damian étaient tombés amoureux tous les deux d’une certaine Thérèse et, il se trouve, que Thérèse ressemblait comme deux gouttes d’eau à Sara et se révèle être l’ancêtre de notre héroine principale. Scénario déjà vu non ? Et oui, lorsque j’ai lu ça, j’étais bouche bée devant cette pâle copie de Journal d’un vampire. La fin se lit très rapidement, l’amitié entre Andréas et Damian est assez spéciale puisque l’on a l’impression que Damian aime Andréas, ce qui m’a paru étrange puisque cela ne suit pas du tout la trame de l’histoire. La transformation de Sara est vraiment très bien écrite, la douleur du père de Sara et la scène finale sont très émouvantes. La fin m’a surpris et, alors, j’ai compris pourquoi ce livre n’aurait pas de suite.

Un livre que je vous conseille éventuellement pour une petite lecture de plage. Un livre assez cliché mais qui vous étonnera à certaines parties de l’histoire. Un récit agréable qui se lit assez vite.

NOTE : 15,5/20