32ème chronique : The Wicked Years, tome 1 : Wicked de Gregory Maguire

Bonjour à tous, après être revenu de vacances, j’ai voulu vous faire une nouvelle chronique sur un livre qui m’a particulièrement marqué. WICKED.

wicked

Dans Le Magicien d’Oz, le grand classique de L. Frank Baum, Dorothy triomphe de la Méchante Sorcière de l’Ouest… mais nous ne connaissons qu’une partie de l’histoire. Qu’en est-il de son ennemie suprême, la mystérieuse Sorcière ? D’où vient-elle ? Comment est-elle devenue si méchante ?
Avec Wicked, Gregory Maguire crée un monde fantastique si riche et si vivant que nous ne verrons plus jamais le Magicien d’Oz avec les mêmes yeux.

La première fois que je l’ai vu en librairie, j’ai tout de suite été attiré. Il n’y a pas à dire, en matière de design, ce livre a tout : format relié (hardcover pour les anglophones, écritures de couleurs différents, écritures en relief, couverture épurée, logo attirant… roman Bragelonne !). Après tout, en tant que fan du monde d’Oz et de Fraum, est-ce mal d’avoir craqué pour ce livre.

Il faut savoir que Wicked est surtout connu pour être une comédie musicale (une des plus connues de Broadway, soit dit en passant…), et ce roman en est l’origine.

41WQ658G7KL

Et donc, dans ce fameux livre, nous rencontrons la Méchante Sorcière de l’Ouest :

giphy

OUPS… non, non…

giphy (1)

Pas celle-là, non plus…

tumblr_inline_n5jokjR3GC1qesnju

AH… voilà, notre chère Elphaba (puisque c’est le nom qui lui est attribué !).

Ce roman est assez simple de par sa forme. C’est une vie entière. Il décrit la naissance jusqu’à… la « fin » d’Elphaba, la « Méchante » Sorcière.

Le début est assez difficile à se lancer (mais pas impossible), l’écriture de Maguire est assez complexe, il mélange souvent ses termes, les contredit pour les prouver et forge dès le début un personnage riche et ultra-intéressant qu’est Elphaba. Née verte, elle est rejetée et décrétée comme différente. Dans le monde d’Oz, on confronte beaucoup les événements à la religion, à l’action d’un Dieu Inommé. La religion est un terme majeur dans la première partie et le redeviendra dans les deux dernières du roman. Ici, le pays d’Oz n’a rien du gentillet et simple petit pays qui est longé de briques jaunes et qui s’étend vers un palais d’Emeraude. Non, ici, tout est remanié de telle sorte que Tolkien en serait presque jaloux.

Elphaba est donc un personnage que l’on voit évoluer. De sa naissance difficile, à son adolescence torturée jusqu’à son âge adulte où elle découvre la magie, l’étude, la trahison, l’amour, la haine, la famille (en bien et en mal, la mort… on apprend à la connaître, à l’apprécier car elle n’a jamais rien voulu de mal. Elphaba, telle que nous la percevons, est un être qui se bat contre son destin, voué à la méchanceté même si elle se bat pour être celle qu’elle veut vraiment.

D’un autre côté, on apprend à connaître Galinda (plus tard Glinda), qui est une vraie bonne sorcière qui tout pour être désagréable de par son personnage et que l’on ne peut s’empêcher de détester. Gentille, naise (…écoeurante), impitoyable, fourbe, mesquine… elle a tout pour être un mauvais personnage mais, malgré cela, elle n’en est pas une méchante. Personnage aux multiples facettes, elle est à la fois touchante et agacante.

D’autres personnages suivent l’histoire, Coeur-de-Tortue qui a su illuminer la première partie du livre; Nessarose, la soeur d’Elphaba, qui est un personnage incroyablement troublant; Fiyero, charismatique, charmant, l’icône masculine qui se révèlera « indispensable » pour notre héroine; Le père d’Elphaba dont les révélations apportées sur lui m’ont vraiment surpris, et d’autres…

Comme vous l’aurez compris, les personnages sont donc les gros atouts du livre.

Quant à la trame, je dirais qu’elle est parfaite. La première partie, la plus longue, fonde les bases du roman et nous fait connaître l’héroine. La deuxième partie s’étend sur les relations d’Elphaba (amicales et amoureuses) avec un développement massif de sa personnalité. La troisième partie nous fait connaître une Elphaba plus sombre qui commence à devenir la Méchante Sorcière. Enfin, la dernière partie, (la plus intéressante) nous montre le récit du Magicien d’Oz du point de vue de la Sorcière et de la vérité sur l’histoire. De plus, la relation entre la Sorcière et Dorothy est intriguante et intéressante !!

La fin, quant à elle, est toujours très émouvante, dans cette version là ;)… cependant, l’espoir d’une suite est là… évidemment ! Cette fin qui nous émeut, qui nous fait réfléchir sur le Bien, le Mal, ses conséquences, sur la vie, les choix que l’on fait. C’est une fin qui plonge dans notre âme pour en faire ressortir nos anciennes moeurs et (peut-être) les changer…

wicked_front_cover2   téléchargement  wicked_by_artnerdem

° Aussi riche et inventif que Le Seigneur des Anneaux

° Aussi brillant et addictif que Harry Potter

° Aussi intelligent et merveilleux que Les Chroniques de Narnia

Un livre qui rappelle le génie et l’imagination des grands auteurs. Voici WICKED.

Je laisse donc le mot de la fin à notre talentueux Gregory Maguire !

84277a

NOTE : 200/20 ! COUP DE FOUDRE !

__________________________________________________________________

wicked-years The Wicked Years series

Vous pourrez donc retrouver le tome suivante de cette fascinante série : The Wicked Years, tome 2 : Son of a Witch qui s’attardera cette fois-ci sur Liir, le « soit-disant » fils d’Elphaba, la question de son ascendance sera primordiale et nous apprendront à le connaître, à l’instar d’Elphaba, dans un pays d’Oz plus sombre que jamais…

SonOfAWitchCover

Vous pourrez également découvrir « Wicked : the Musical » sur le site officiel : ICI

Senscritique.com nous dévoile qu’un film est prévu pour 2016, ce qui est parfait car ce livre n’a aucune raison de ne pas être adapté au cinéma !

Wicked, le film en 2016

Enfin, il faut espérer que ce livre aura droit à une adaption graphique car il le mérite amplement et cela pourrait être une excellente idée.

 

The Bookworm’s Apprentice !

Bonne lecture…

 

 

Publicités

31ème chronique : Je suis une légende de Richard Matheson

Dernièrement, j’ai lu un classique de la science-fiction  : Je suis une légende.

Eh oui, avant d’être une film hyper-médiatisé avec Will Smith, Je suis une légende est un livre qui a été écrit en 1954 et est devenu au fil du temps, un véritable classique américain incontournable.

je-suis-une-legende-richard-matheson-9782207500101 757042_2881970

Comme vous, il croyait que les vampires ne hantaient que les mythes de l’Europe centrale et la littérature d’épouvante. Comme vous, il se trompait. Il est aujourd’hui l’ultime survivant d’une étrange épidémie qui a fait subir à l’humanité une mutation irréversible : le virus qui contraint les hommes à se nourrir de sang les empêche aussi de mourir tout à fait et les oblige à fuir les rayons du soleil. Ainsi, chaque jour, Robert Neville doit organiser sa survie et chaque nuit subir les assauts des demi-morts affamés. Mais l’horreur atteint son paroxysme lorsqu’il doit résister à l’appel suppliant de la femme qu’il aime…

Le personnage principal est le dernier humain à vivre sur Terre. N’y-a-t’il pas meilleur scénario pour s’identifier au protagoniste.

Robert Neville est donc un homme rempli de regrets, de tristesse qui tente de survivre malgré lui autour d’une ambiance glauque. En effet, tous les soirs, des monstres (ressemblant de prés ou de loin à des vampires…) tentent d’entrer chez lui.

je_suis

Je vous avoue que c’est une livre qu’il ne faut pas lire la nuit car, quoique que vous puissiez entendre, vous êtes effrayés pendant tout le livre (et oui, c’est du vécu). Ce livre est donc parfait pour Halloween !

J’ai été très intéressé par l’aspect scientifique du livre, ici, l’épidémie n’est pas d’ordre imaginaire ou non-expliquée/explicable, Matheson nous offre une dimension scientifique très intéressante et nous propose une mini-étude sur ce caractère du vampirisme.

L’émotion est là aussi, Neville rêve de sa famille, du moins, de sa femme et de son enfant qui sont disparus. On ne peut donc s’empêcher d’être sous le charme de la tristesse qu’il dégage.

120511123453522417 Je garde le meilleur pour la fin. Ce final, aurait pu être prévisible s’il avait été bâclée, mais là ! La fin est splendide. Les deux derniers paragraphes sont à la fois beaux et terribles !

Au final, un magnifique livre avec un beau message. Des personnages attachants et une atmosphère angoissante qui plaira forcément…

NOTE : 5/5  MENTION  COUP DE COEUR pour HALLOWEEN !!!

je-suis-une-lc3a9gende-the-last-man-on-earth

Je vous invite à vous rendre ici où Katia, une vraie pro des vampires, vous propose une étude riche de ce magnifique roman.

Allez, je vous laisse la bande-annonce version française du film adapté de 2007 :

Bonnes lectures à tous

The Bookworm’s Apprentice.

J’ai lu : Le Passeur de Lois Lowry

Aujourd’hui, je reviens en vous parlant de ma dernière lecture avec un bilan très mitigé :

9782211021661FS  CVT_Le-passeur_9168

Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n’existent pas. Les inégalités n’existent pas, la désobéissance et la révolte n’existent pas. L’harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le Comité des sages. Les personnes trop pigées, ainsi que les nouveau-nés inaptes sont  » élargis ». personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c’est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait continent était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux. quand l’oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jouas aura douze ans. Au cours d’une grande cérémonie, il se verra attribuer, connue tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu’il est unique. Un destin extraordinaire l’attend. Un destin qui peut le détruire.

Sans grande appréhension je me suis lancée dans cette lecture.

Le début est simple, et vraiment trop étrange. Le monde est pur, beaucoup trop pur, la vie est si belle que le décor est impossible à imaginer, on pense à un décor dystopique où la rébellion n’est pas loin puis une utopie légère voire mielleuse. C’est cette nuance qui m’a dérangé dans ce livre.

Dans la première partie du livre (150 pages environ), on nous décrit le « nouveau monde », ses habitudes, ses facultés, etc. et, c’est long, trop long. L’univers a cependant été développé pendant un long moment qui ne m’en a pas paru plus familier. Pour moi, moins d’objectivité et plus de « naturel » dans l’écriture aurait peut être pu me mettre plus à l’aise.

Lorsque nous découvrons le Passeur et qui il est, tout s’éclaire, un grand secret est cachée dans cette « prétendue » utopie, mais, quelle surprise, les passages entre le personnage principal (Jonas et le Passeur) sont quasi-identiques et leurs relations sont fades et peu réalistes à tel point que j’ai eu du mal à croire que la Passeur eut de l’affection pour Jonas.

Cependant, la clarté dans l’esprit de Jonas est excellente, sa découverte sur la secret est rafraichissante et très originale pour le coup, on prend un bon bol d’air frais et on veut le rejoindre pour l’entraîner vers ce secret qui nous est familier.

Jonas a cependant eu le don de m’énerver durant la première partie du livre et c’est ce qui m’a donné envie d’arrêter ma lecture car, il a beau être touchant, il n’en est pas moins fade et dénué de… tout. Des petites allusions par ci par là, voilà ce que nous offre l’auteur pour nous révéler certains points personnels de ce personnage.

Et… avant même un développement plus abouti : la FIN.

Et bien : elle m’a rappelé la fin de « A la croisée des mondes », je sais c’est fou mais c’est le sentiment que j’ai eu.

Une fin brutale et juste… époustouflante, inconcevable. Je ne sais pas exactement si je l’ai compris mais la subtilité y est et je suis très étonné, je vous laisse la découvrir mais, c’est tout de même le GROS POINT fort de ce livre.

Je sais que ce livre comporte des suites : L’ElueLe MessagerLe Fils.

Même si mon bilan est mitigé et que ce livre, pour moi, peut très bien rester un one-shot, je lirais la suite car la fin et le potentiel de « Le Passeur » est très intéressant.

A noter que j’achèterai la version originale de « Le Passeur », très connue aux U.S.A qui est « The Giver » pour voir si l’écriture « fade » provient de l’auteur ou du traducteur.

banniere_thegiver_titre

 

A savoir que le film est sorti récemment, bientôt en DVD :

capture-d_c3a9cran-2015-01-17-c3a0-14-50-50 Visuel du site http://www.allocine.fr/

Il me tarde énormément de voir cette adaptation cinématographique pour me faire mon propre avis, j’espère ne pas être déçu mais, sur ce film, l’action semble être plus présente. A voir !?

NOTE  : 3/5

A bientôt !

The Bookworm’s Apprentice 😉

Mini-chroniques| Orwell, Anne Frank, Delaney, Percin

Me voilà pour un nouvel article dans lequel je vais vous présenter mes dernières lectures, coup de coeur ou coup de gueule…

1. Comment bien rater ses vacances de Anne Percin

comment--bien--rater-ses-vacances-1469172

Cet été, Maxime a 17 ans. Il ne veut plus partir en vacances avec ses parents. Il préfère rester chez sa Mamie pour glander devant l’ordinateur. Tant pis pour toi. Il va vivre des journées délirantes!

Un petit roman léger pour les vacances… voilà ce à quoi je m’attendais.

Ce livre m’a été offert et j’étais réellement impatient de découvrir ce nouveau titre et cette nouvelle édition.

Le début est certes, rempli de bonne humeur et d’humour. Cependant, l’action est lente, le récit est lourd car l’humour est redondant et désagréable au bout d’un moment.

Certaines des réactions de Maxime m’ont déplus, notamment le passage avec la grand-mère, qui m’a limite choqué.

Après un bon début, une lecture avec un sentiment d’inachevé.

NOTE : 2/5

2. L’Apprenti Epouvanteur de Joseph Delaney

epouvanteur

Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur
commence…

Une lecture moyenne.

Le dose d’effroi est très limitée. Le récit est très intéressant et, on se plonge facilement dans l’univers riche et complet.

Cependant, le récit reste long et l’intrigue est fade. Les relations entre les personnages ne m’ont pas plu, je reste assez sceptique quant à la qualité de ce premier tome.

Cependant, la mythologie riche est savoureuse. Rien que pour cela, je vous le conseillerai peut-être pour que vous en fassiez votre propre avis.

seventh-son-ben-barnes-jeff-bridges

NOTE : 3/5

3. Le Journal d’Anne Frank

Anne-Frank-diary

 

Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigréaux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans «l’Annexe» de l’immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l’un des plus émouvants sur la vie quotidienne d’une famille juive sous le joug nazi.

Rien à redire. Un témoignage touchant qui tire des larmes ! Anne Frank nous offre ici un récit rempli d’innocence, avec une âme d’adolescente bien présente. Un vrai talent à découvrir pour son plaisir personnel, au collège ou même au lycée !

Une grande chance que l’on ai pu recueillir ces mémoires. A lire d’urgence.

9782253001270

Je vous conseille l’excellent film de George Stevens à voir d’urgence !

NOTE : COUP DE FOUDRE !

4. Ferme des Animaux

téléchargement

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement : « Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d’alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux. »Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer : « Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres.

Une lecture scolaire incroyable !

Ce livre est une vraie pépite. Critique de l’URSS sous le joug de Staline, on retrouve dans les personnages du roman chaque « icône » importante de la guerre. Plein de messages cachés dans ce livre font jubiler. D’une critique sur la société à une révolution dystopique, ce livre est à découvrir pour son originalité, son message et sa force qui reflète peut-être un futur proche !

J’ai également adoré Benjamin (clin d’oeil à l’auteur) ainsi que Malabar qui, malgré son dévouement obsessionnel, est vraiment touchant !

Une nouvelle allégorique à lire d’urgence !

la-ferme-des-animaux-986742

MENTION Coup de Coeur ! 5/5

A voir aussi :

20174000

Le dessin animé excellent et un tantinet effrayant à voir à partir de 10 ans !

 

A bientôt et bonnes lectures à tous !

The Bookworm’s Apprentice.

COUP DE FOUDRE : Si je reste de Gayle Forman !

Hello à tous et, préparez-vous pour une nouvelle chronique avec….

couv41043195 s_je_reste

Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis… Et puis vient l’accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes : d’abord, elle entend tout ce qu’on dit autour de son lit d’hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C’est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.

Well, well… J’ai donc lu durant le trajet pour revenir de mes vacances ce petit roman qu’est « Si je reste ». Dés le début, le sujet m’a parlé et, après avoir vu la bande-annonce qui m’a mis au bord des larmes, j’ai voulu tenter le livre et… que dire ?

Le personnage de Mia est très simple au début, presque banale avec une vie quasi-parfaite lorsqu’elle subit un tragique accident et se trouve à la frontière Vie-Mort. Cela est un fait, mais, durant tout le livre, Mia nous expose sa magnifique vie parcourue d’émotions par le biais de souvenirs. J’ai été très ému par le personnage du petit frère : Teddy, qui est très présent dans l’esprit de Mia, et car j’ai été très touché par ce personnage du « frère », ayant moi aussi deux soeurs. A partir de l’accident s’enchaînent « flash-back » et présent, un mélange bien dosé et bien rythmé. Les parents ainsi que l’amie de Mia m’ont vraiment émus sur leur passé et leur situation, (j’ai oublié également de citer le passage avec le grand-père qui est…. so beautiful !)

Une révélation au milieu de roman m’a arraché des larmes…

ifistayjakob

Pour ce qui est des personnages, je les ai tous aimés; j’ai juste eu tendance à moins m’intéresser à Adam. Mais j’ai cependant apprécié tous les personnages de ce livre. Gayle Forman m’a réellement transporté mais avant tout ému plus que jamais et a fait de ce livre, un roman que je n’oublierais jamais et qui se trouve à l’Olympe de Plus Beaux Romans.

NOTE : 20000000000000/20

!!!!!!! COUP DE FOUDRE !!!!!!!

Le film sort très bientôt au cinéma :

Le film « Si je reste »

La bande-annonce :

Une superbe ode à la vie aux dures facettes ! A découvrir !

Une chanson pour ce livre :

29ème chronique : Contes des Royaumes, tome 1 : Poison de Sarah Pinborough

Mai a été chargé en lectures, après avoir affronté de bonnes (et mauvaises) lectures, j’ai enchaîné avec le chouchou de chez Milady : Poison :

contes-des-royaumes,-tome-1---poison-416778-250-400

Blanche-Neige revisité, dans une magnifique édition illustrée : prenez tous les éléments du conte de fées classique que tout le monde connaît (le beau prince, la reine jalouse, la belle princesse, et bien sûr l’empoisonnement) et ajoutez un côté moderne à tous les personnages, à leurs motivations et leurs désirs. Drôle, contemporain et sexy.

Sans vraiment m’attendre à grand chose en entamant ma lecture, je suis tombé sur un récit assez long à débuter.

La Méchante Reine méprise Blanche-Neige, c’est un fait. Oubliez tout ce que vous croyez savoir.

La Méchante Reine se présente comme une femme qui fut initiée dès son plus jeune âge à la magie noire (clin d’oeil au film Blanche-Neige et le Chasseur). Mais, l’on fait face à une Blanche-Neige assez masculine, toujours aussi niaise par moment, mais totalement rebelle.

La première partie de l’histoire se centre sur la « jalousie » de Lilith (la Méchante Reine) envers Blanche-Neige; dès le premier chapitre, l’on nous sert une scène érotique improbable dont j’ai haussé les yeux face à l’inutilité de la scène. Cette 1ère partie, malgré ses défauts présente un début assez intéressant et encourageant pour la suite.

Petit point dérangeant pour cette partie : A quoi sert le Roi ?

J’ai plus aimé le deuxième partie, plus loufoque, où entre en scène le Chasseur (personnage que j’ai peu aimé), qui part à la recherche de Blanche-Neige suite à une autre scène hot tout aussi inutile que la précédente. Côté Blanche-Neige : Assez grande ressemblance avec le Disney (terreur dans les bois), j’ai aimé ce côté sombre. La rencontre entre Blanche-Neige et le Chasseur m’a totalement fait cet effet :

img_2-10458_smiley_manga_ebahi Qui a eu l’idée de mettre une nouvelle scène érotique ?

La suite est cependant plus intéressante quand à la rencontre qui m’a beaucoup plût entre les Nains et Blanche-Neige (bien que les personnages se connaissent déjà au début de l’histoire). Cette partie sur les Nains a apporté beaucoup de fraîcheur et de détente dans ce livre. Apparaît évidemment le moment que tout le monde redoute : La fin du conte.

Là, total changement de l’auteur, qui au début fut une surprise vraiment parfaite, bien maîtrisée par l’auteur et… au final :

once upon

Voici mon conte. Sérieusement : A partir de La fin du conte, la suite est… dingue.

Et la fin s’est résumé à :

omg

Cette fin… non mais WHAT ?? Cette fin est juste… Impossible à décrire, je n’ai jamais été aussi ébahi devant quelque chose, mais là…

En bref : Un livre (pour lecteurs avertis OF COURSE ! Surtout pour la fin du roman) totalement fou qui fait passer un bon moment. Assez conseillé, ne soyez pas exigeant envers ce roman car vous risqueriez d’être déçu !

Petit + : Des clins d’oeil sympas et des intrusions d’autres personnages de contes tout aussi sympa.

Petit – : Scènes d’amour inutiles et petites longueurs.

Donc :

fc

Bonnes lectures et A BIENTOT !!

L’Apprenti dévoreur de livres (ET OUI… toujours en ascension)