Mini-chroniques| Orwell, Anne Frank, Delaney, Percin

Me voilà pour un nouvel article dans lequel je vais vous présenter mes dernières lectures, coup de coeur ou coup de gueule…

1. Comment bien rater ses vacances de Anne Percin

comment--bien--rater-ses-vacances-1469172

Cet été, Maxime a 17 ans. Il ne veut plus partir en vacances avec ses parents. Il préfère rester chez sa Mamie pour glander devant l’ordinateur. Tant pis pour toi. Il va vivre des journées délirantes!

Un petit roman léger pour les vacances… voilà ce à quoi je m’attendais.

Ce livre m’a été offert et j’étais réellement impatient de découvrir ce nouveau titre et cette nouvelle édition.

Le début est certes, rempli de bonne humeur et d’humour. Cependant, l’action est lente, le récit est lourd car l’humour est redondant et désagréable au bout d’un moment.

Certaines des réactions de Maxime m’ont déplus, notamment le passage avec la grand-mère, qui m’a limite choqué.

Après un bon début, une lecture avec un sentiment d’inachevé.

NOTE : 2/5

2. L’Apprenti Epouvanteur de Joseph Delaney

epouvanteur

Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur
commence…

Une lecture moyenne.

Le dose d’effroi est très limitée. Le récit est très intéressant et, on se plonge facilement dans l’univers riche et complet.

Cependant, le récit reste long et l’intrigue est fade. Les relations entre les personnages ne m’ont pas plu, je reste assez sceptique quant à la qualité de ce premier tome.

Cependant, la mythologie riche est savoureuse. Rien que pour cela, je vous le conseillerai peut-être pour que vous en fassiez votre propre avis.

seventh-son-ben-barnes-jeff-bridges

NOTE : 3/5

3. Le Journal d’Anne Frank

Anne-Frank-diary

 

Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigréaux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans «l’Annexe» de l’immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l’un des plus émouvants sur la vie quotidienne d’une famille juive sous le joug nazi.

Rien à redire. Un témoignage touchant qui tire des larmes ! Anne Frank nous offre ici un récit rempli d’innocence, avec une âme d’adolescente bien présente. Un vrai talent à découvrir pour son plaisir personnel, au collège ou même au lycée !

Une grande chance que l’on ai pu recueillir ces mémoires. A lire d’urgence.

9782253001270

Je vous conseille l’excellent film de George Stevens à voir d’urgence !

NOTE : COUP DE FOUDRE !

4. Ferme des Animaux

téléchargement

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement : « Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d’alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux. »Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer : « Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres.

Une lecture scolaire incroyable !

Ce livre est une vraie pépite. Critique de l’URSS sous le joug de Staline, on retrouve dans les personnages du roman chaque « icône » importante de la guerre. Plein de messages cachés dans ce livre font jubiler. D’une critique sur la société à une révolution dystopique, ce livre est à découvrir pour son originalité, son message et sa force qui reflète peut-être un futur proche !

J’ai également adoré Benjamin (clin d’oeil à l’auteur) ainsi que Malabar qui, malgré son dévouement obsessionnel, est vraiment touchant !

Une nouvelle allégorique à lire d’urgence !

la-ferme-des-animaux-986742

MENTION Coup de Coeur ! 5/5

A voir aussi :

20174000

Le dessin animé excellent et un tantinet effrayant à voir à partir de 10 ans !

 

A bientôt et bonnes lectures à tous !

The Bookworm’s Apprentice.

24ème chronique : La Fiancée de Corinthe de Goethe

Il s’agit de ma deuxième lecture scolaire de cette période, celle-ci étant non obligatoire, je me suis quand même lancé dans la lecture de ce récit très court (trois pages) que vous pouvez trouvez sur internet sur les sites suivants :

http://oscurantis.pagesperso-orange.fr/goethe.htm

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k620658/f7.image

Mikhael Lazare Fiancee

L’histoire est très simple et courte et Goethe nous transporte très vite dans une histoire-poème. L’histoire d’amour assez superficielle s’installant entre la Vampire (qui apparaît ici sous forme spectrale) et le personnage principal est assez ambigue. Le personnage principal agit, comme dans la Morte amoureuse de façon très réaliste et… une nouvelle fois je n’ai pas su apprécié la Vampire dans le rôle que l’on lui a destiné. La fin est dramatique mais ne pas non plus attristé dans le sens où le sens du récit perd de la crédibilité à partir de l’apparition du fantôme-vampire.

Je suis tout de même content d’avoir lu une de ces oeuvres majeures de la littérature vampirique et je vous conseille très fortement ce récit qui ne peut malheureusement pas être un coup de coeur pour la simple et bonne raison qu’il est vraiment trop court pour que l’on apporte un jugement réellement détaillé.

NOTE : 18/20

Nouvelle intégrée dans cet ouvrage :

001944747

23ème chronique : La Morte Amoureuse de Théophile Gautier

En cette période, nous étudions la littérature fantastique et, à cette occasion, il a été demandé de lire cette oeuvre si connue de Théophile Gautier : La Morte Amoureuse.

001944747

J’ai été très content de me procurer ce livre dans cette édition si plaisante à la lecture, en format poche rectangulaire et surtout… avec la couverture représentant Le Vampire d’Edvard Munch. Le livre étant relativement court, ma chronique sera donc assez brève.

Pour l’histoire

Dans la Vérone moderne, un jeune prête tombe sous le charme de Clarimonde, jeune femme à la beauté maléfique, défiant les lois de sa profession. Alors que la passion encercle les deux personnages, Clarimonde meurt subitement mais réssuscite aussi  vite, surprenant le jeune prêtre, mais ce dernier est prêt à tout pour suivre son amour, sacrifiant sa vie.

Cette passion dévorante arrivera-t-elle à sa fin ?

Mon avis

J’ai beaucoup apprécié le contexte de l’histoire, l’écriture bien qu’ancienne est très rapide et facile à lire, Théophile Gautier possède une fine plume très appréciable. L’histoire est très bien menée (le point bémol est le fait que l’histoire soit si courte). Le personnage principal est touchant puisqu’il a une attitude très réaliste et tout à fait humaine, quand au prêtre, son attitude est assez critiquée entre les lignes par l’auteur, critiquant discrètement la religion au passage. Clarimonde est l’exemple parfait de la vampire séductrice et mortelle, un personnage que j’ai peu apprécié dans le rôle que lui a donné l’auteur.

En bref…

Une récit à lire si vous aimez les livres rapides à lire et les histoires (un peu glauques) de vampires. Très conseillé aux élèves entamant leur fin de vie collégienne pour la culture.

Coup de coeur des lectures scolaires de l’année ! Et donc… 1er COUP DE COEUR DE L’ANNEE 2014.

NOTE : 20/20

5ème chronique : Sa majesté des mouches de William Golding

En classe de 5ème, nous devions lire un livre d’aventure au choix entre l’Ile au trésor, Sa majesté des mouches, Robinson Crusoé (que j’avais déjà lu), l’Ile mystérieuse et le Royaume de Kensuké. J’ai alors décidé de me lancer dans « Sa majesté des mouches » de William Golding.

Sa-majesté-des-mouches-de-William-Golding

L’évidence est là : il n’y a pas d’adultes sur l’île, seulement des enfants. L’avion qui transportait les collégiens britanniques a pris feu avant de sombrer dans le Pacifique. Ralph rassemble les rescapés et s’efforce d’organiser la survie du groupe. Mais, s’ils sont nombreux à applaudir ses décisions, presque tous préfèrent se baigner dans le lagon ou jouer à l’ombre des palmiers, au lieu d’entretenir le feu qui alerterait les bateaux croisant au large. La nuit, cependant, leur sommeil se peuple de créatures terrifiantes. Et s’il y avait vraiment un monstre tapi dans la jungle ? Sous l’impulsion de Jack, violent et jaloux de Ralph, la chasse au monstre est déclarée. Mais les partisans de Jack et ceux de Ralph ne vont pas tarder à s’affronter cruellement…

J’explique ce choix avant de commencer la chronique, l’Ile au trésor était un livre qui était trop long à lire pour moi dans un délai d’une semaine sachant que je lisais 1 heure par soirée. L’Ile mystérieuse ne me tentait pas et le Royaume de Kensuké non plus.

Alors, que dire, que dire… …

Sa Majesté des mouches a été pour moi une très très grande déception. Le sujet est très intéressant puisqu’assez réaliste. Les premières pages étaient bien sympathiques avec la belle écriture de Golding et les longues descriptions… Le problème est tel que, au bout de 50 pages, quand on nous raconte toutes les 5 pages, deux long paragraphes sur la couleur d’une fleur bleue (désolé pour le spoiler de la fleur bleue), on va dire que je n’avais qu’une envie, jeter ce livre à travers la fenêtre sans ouvrir la vitre. La suite s’est empiré puisque se sont enchaînées des scènes sanglantes et malsaines entre enfants et j’ai trouvé ça réellement horrible. Les enfants sont des êtres totalement stupides et incontrolabes qui deviennent très vite des véritables animaux sauvages. J’ai passé trois heures tous les soirs à lire ce livre réellement morbide et se révélant comme une ode à la violence et la perversité. Un livre vraiment à éviter car très très mauvais.

NOTE : 5/20 (j’ai tout de même mis 5 points car j’accorde cinq points d’avance à chaque livre pour le travail qu’à fournit l’auteur)

Le film, que je ne regarderais pas :

sa-majeste-des-mouches-295062