21ème chronique : L’étrange cas du Dr Jekyll et Mr Hyde de Robert Louis Stevenson

Avant d’entrer en 4ème, je m’étais mis au courant du programme que nous allions effectuer en littérature et il s’est trouvé que j’ai découvert que nous allions étudier la littérature fantastique « classique », alors j’ai voulu lire une oeuvre de Robert Louis Stevenson, très connue nommée : « L’étrange cas du Dr Jekyll et Mr Hyde », sachant que je m’étais intéressé aux doppelganger(s) (double de soi-même, second soi). 

41ZJrPkpZsL._SY300_

La ruelle est sombre, la silhouette furtive, l’homme pressé. Une fillette, par mégarde, le heurte. Et l’irréparable se produit : l’homme la jette à terre, la piétine et s’éloigne, sans cesser de sourire… Hélas, on ne compte plus à Londres les épouvantables crimes de l’étrange Mr Hyde. Étrange ? Plutôt diabolique, songe le brave notaire Utterson. Et quel sinistre lien unit son ami, le pauvre Dr Jekyll, à cet individu dont la seule vue fait frémir ? Car si jamais visage a porté l’empreinte de Satan, c’est bien celui de Mr Hyde..

Lorsque j’ai acheté ce roman, j’ai été très étonné par le nombre de pages extrêmement peu élevé. J’ai acheté donc ce livre dans l’édition ci-dessus, pour un petit mot sur la couverture : je la trouve vraiment très sympathique, sobre, simple, mais sympathique, un homme qui apparaît comme parfaitement aisé, gentleman et finalement l’on découvre les taches de sang qui donne un aspect un peu plus angoissant à l’histoire.

Lors de mon commencement dans cette lecture, j’ai vraiment détesté le narrateur qui est un homme vraiment banal, simplet et limite stupide avec ses approches de la situation initiale trop vite analysées et cataloguées. Quant au Dr Jekyll, je savais bien évidemment son secret mais je n’ai pas compris l’intérêt de l’auteur de faire de ce personnage parfait un alter ego de meurtrier abominable. A propos de Mr Hyde, il apparaît comme un être froid, laissant derrière lui des actes impardonnables et… voilà le problème, en quoi ces actes sont impardonnables, autrefois je pense qu’il aurait pu être considéré comme un monstre mais il a écraser les pieds d’une petite fille et tué quelqu’un, avec tous les meurtres de maintenant, Mr Hyde est un petit joueur. Une fin cependant très intéressante qui nous dévoile le pourquoi du comment de l’histoire et qui nous résumé le peu d’histoire qu’il y a.

En bref, un récit vraiment fade, vide et sans intérêt dont seule la fin a été intéressante à découvrir puisqu’on comprend pourquoi Jekyll devient subitement Hyde, ce qui est vraiment le peu d’imaginaire de l’histoire. Un livre qui aurait du être classé comme une « nouvelle policière ». J’en attendais sans doute trop de ce roman. Je ne pas vous le conseiller mais je pense que pour le simple plaisir d’une petite lecture et pour sa culture générale, il est à lire. Pour les autres, un des livres de Stevenson qui ne mérite pas d’être connu et que je vous déconseille si vous cherchez un livre intéressant, bien écrit à l’univers intéressant.

NOTE : 9/20

fantastique-dr-jekyll-and-mr-hyde dyn007_original_561_666_pjpeg_2500099_1d1a076a531ececfedd2d1f2ace4ec7d

Une édition que je vous recommande si vous voulez un livre avec une belle couverture et un objet « livre » très sympathique:

9782501066464-g

Publicités

20ème chronique : A comme Association tome 1 et 2 de Pierre Bottero et Erik L’Homme

Je vous présente dans cette 20ème chronique, a nouveau une nouvelle série de livres dont je vais vous parler des deux premiers tomes. Autrefois une saga peu connue du public et maintenant entrée dans le panthéon de la « Young Adult », il s’agit de la série : A comme Association; sortie il y a peu de temps en poche. Les deux premiers tomes étant étés lus sur ma liseuse électronique, la fluidité de ses deux romans vont me permettre de vous faire un compte-rendu de cette lecture avec ses points forts et… points faibles.

jCcrqPb_mepbxcSQq0BQ50XzKHo33152477_7878809A comme 2  a-comme-association,-tome-2---les-limites-obscures-de-la-magie-122026

Je vais donc débuter cette chronique avec le premier tome écrit par Erik l’Homme.

Première mission pour Jasper : trafic de drogue chez les vampires

Jasper vit à Paris, va au lycée et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval. Bon,
mais depuis peu, il fréquente aussi le 13, rue du Horla, l’adresse ultra secrète de L’Association.
L’organisation a repéré chez lui certaines aptitudes pour la magie et lui a proposé de devenir
agent stagiaire. Et les stages de L’Association ne se passent pas vraiment autour de la photocopieuse ! Armé d’une bombe lacrymogène au jus d’ail, Jasper est envoyé chez les vampires pour enquêter sur un trafic de drogue.

Attention au retour du jet d’ail !

Du début jusqu’à la fin, ce livre est vraiment très drôle avec cet intrépide Jasper plein de surprises et de répliques toujours excellentes. Côté histoire, le scénario n’est pas sorti des sentiers battus avec une histoire vraiment vue et revue, une intrigue cependant menée à merveille grâce au personnage merveilleux et adorable qu’est Jasper. L’écriture d’Erik L’Homme est vraiment très fluide et m’a permis de lire ce livre (littéralement) en moins de 2 heures. Côté personnage, j’ai beaucoup de mal à aimer Ombe comme beaucoup d’autres adorateurs de cette saga. J’ai trouvé ce personnage vraiment insupportable et qui ralentissait vraiment beaucoup l’ambiance du livre. La mythologie de ce livre est malheureusement très peu présente, très peu développée et parfois fade. Le passage de la fin est relativement étrange puisque je ne m’attendais pas vraiment à tomber sur ce genre de fin, imaginant un final plus doux et moins punchy. Un premier tome très court et très plaisant à lire, c’est une belle découverte que je ne regrette pas et que je recommande pour une lecture de plage par exemple.

NOTE du premier tome : 17/20.

Comme j’ai du premier jusqu’au 7ème tome de cette saga sur ma liseuse, j’ai enchaîné sans plus attendre avec le tome deux écrit par Bottero, monument de la littérature jeunesse et fantastique du XXIème siècle.

Ombe fait l’effet d’une bombe

Elle s’appelle Ombe, est lycéenne à Paris et adore la moto. Elle a aussi l’incroyable pouvoir
d’être incassable ou presque. C’est pourquoi L’Association l’a recrutée comme agent stagiaire.
Une stagiaire de choc, qui fait des débuts remarqués en explosant une bande de gobelins devant tous ses camarades de classe. Le problème ? La discrétion est une obligation absolue au sein de L’Association, comme le lui rappelle Walter, son directeur. Et à force de foncer tête
baissée, Ombe l’incassable risque fort de comprendre ce que « ou presque » veut dire.

J’étais assez optimiste de pouvoir mieux connaître Ombe suite à mon avis négatif sur cette dernière lors du précédent tome et je dois dire que je suis déçu. Le scénario s’est alourdi, la mythologie devenue désormais devenue beaucoup plus importante était trop présente. Seuls les passages où il y a des actions époustouflantes ou les passages où l’on voit Jasper sont intéressant. J’ai vraiment commencé à avoir en horreur Ombe avec son caractère horrible et sa superficialité qui se révèle au fil du volume. Je ne sais pas si le point le plus négatif de ce livre repose sur l’écriture fade et ennuyante de Bottero pour ce livre ou si il s’agit de l’histoire qui a été mal travaillée et devenue pesante. Je n’irai malheureusement pas plus loin dans cette saga pour le moment car j’ai réellement été déçu de ce second tome catastrophique. Je ne mettrais pas de notre pour ce second tome car je pense que je relancerai dans cette lecture dans l’espoir de retrouver le plaisir et l’ambiance joyeuse et très sympathique que j’avais eu le bonheur de trouver dans le premier tome.

24656227-jpeg_preview_large

Une série que je recommanderai pour des lectures « détentes » ! A découvrir !

La série complète :

a comme association

La bande-annonce de la série :

A-comme-association-Logo

 

19ème chronique : Bilbo le Hobbit de J.R.R Tolkien

L’année dernière, à l’occasion de la sortie du premier film de la saga du « Hobbit » de Peter Jackson, notre professeur de français nous a très gentiment suggéré de lire l’oeuvre originale de Tolkien « Bilbo, le hobbit »; c’est donc avec plaisir que j’ai entamé la lecture de ce livre qui me tentait depuis que j’avais tenté désespérément de commencer le premier tome du Seigneur des Anneaux et dont on m’a conseillé de lire « Bilbo le hobbit » pour commencer avec J.R.R Tolkien.

Bilbo_le_Hobbit-French_cover

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entraînent dans un voyage périlleux. C’est le début d’une grande aventure, d’une fantastique quête au trésor semée d’embûches et d’épreuves, qui mènera Bilbo jusqu’à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug…

J’ai donc commencé ce roman avec un grand enthousiasme sans savoir vraiment où aller nous emmener Tolkien. Le commencement est assez long mais possède des descriptions (personnages et « environnement ») très agréables et magnifiques qui nous emportent avec une facilité impressionnante dans le monde du Hobbit. J’ai apprécié dès le début Bilbon, être vraiment touchant et adorable très réaliste donc j’ai compatis pour ses décisions et choix. J’ai été très heureux de voir Gandalf, mon personnage préféré du Seigneur des Anneaux, qui revient avec un rôle majeur, toujours avec des répliques mémorables et spirituelles. J’ai eu plus de mal à apprécié les nains que j’ai trouvé assez « spéciaux » et peut être trop originaux. Pour la suite, les descriptions s’étendent trop, les paysages deviennent lassants mais j’ai beaucoup plus apprécié les nains (moins Bilbo) et adoré les actions se succédant et les enjeux importants qui se présentent toujours de manières surprenantes aux visages des héros. J’ai adoré Beorn, sa description, son histoire, son « pouvoir ». La mythologie de Tolkien est toujours aussi maîtrisée et parfaite. Il y a très peu de défauts dans ce livre. Le final est exceptionnel, assez prévisible mais sublime.

En fermant ce livre, j’ai été époustouflé, imaginer que Tolkien a raconté tous les soirs des passages de Bilbo le Hobbit à ses enfants… OMG, c’est vraiment incroyable. Un auteur vraiment épatant, incroyable… En bref, un livre superbe qui m’a donné envie de voir et revoir les films du Hobbit.

Pour d’autres couvertures :

98f800b2 1123579573 Bilbo_le_Hobbit-French_cover Bilbo-05-Lauzon TOLKIEN_Bilbo_version_poche_autre_ tolkien_hobbit_illustre_relie

Je continuerais à lire Tolkien car je suis vraiment et incroyablement comblé. Les enfants de Hurin, le Silmarillion … Tous ces livres ne tarderont pas à être lu. L’occasion de créer une sorte de mois Tolkien ou peut-être même un challenge Tolkien year !

TOLKIEN Bilbo version douglas A anderson annote

Le livre ci-dessus qui est très complet et superbe que j’aurais beaucoup aimé pouvoir me procurer, je vous le recommande donc pour lire l’oeuvre originale « Bilbo le Hobbit » car il comprend le texte avec des compléments officiels, des explications et des illustrations de Tolkien.

Un superbe bouquin qui est contre tout attente un coup de coeur.

NOTE : 19,5/20

J’ai acheté une BD « Bilbo le Hobbit » à l’occasion qui retrace vraiment bien l’univers et l’ambiance qu’à transmis Tolkien. Je vous mets le lien Amazon de cette BD vraiment très réussie à découvrir obligatoirement pour tous fans ou débutants du monde de Tolkien :

http://www.amazon.fr/Hobbit-Charles-Dixon/dp/2756020036/ref=sr_1_12?s=books&ie=UTF8&qid=1394651472&sr=1-12&keywords=bilbo+le+hobbit

Pour les films, je vous mets la bande annonce du premier et second film que je suis allé voir et que j’ai adoré (le deuxième est mon préféré !), mais une chronique spéciale à l’occasion des films arrivera très prochainement :

abydco334_3 the-hobbit-2-bilbo-le-hobbit-2-la-desolation

Pour le premier film :

Pour le second film :

Lecture(s) en cours #2 : Le Baiser de l’ange tome 1, l’Accident de Elizabeth Chandler

Ma deuxième lecture en cours est un livre que j’ai acheté il y a longtemps, il s’agit du premier tome du Baiser de l’Ange d’Elizabeth Chandler; une lecture non prévue durant la semaine dernière. Et je suis très intrigué d’un niveau autant positif que négatif à propos de ce roman.

41zdb61z7zL._

Ivy adore les anges. Elle collectionne les petites statuettes qui les représentent et croit profondément qu’ils l’accompagnent dans les moments difficiles de sa vie. Surtout depuis que sa mère s’est remariée. Avec le père de Gregory, ce garçon étrange qui met Ivy mal à l’aise. Heureusement, Tristan, le jeune homme le plus adulé du lycée est fou amoureux d’elle. Ivy partage ses sentiments, et le bonheur lui paraît de nouveau accessible. Mais bientôt, le destin les frappe violemment.

Mon avis sur cette lecture en cours va être assez courte puisque j’ai peu lu ce livre mais j’ai découvert assez de choses pour en faire une chronique du début de ce roman.

J’ai beaucoup de mal à « accrocher » à l’écriture de cette auteur étant donné qu’elle écrit d’une manière assez complexe avec une écriture à la fois brouillon, poétique et incompréhensible. En effet, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre le début de ce roman avec le fait qu’il y a des passages présent/passé qui se succèdent sans que l’on sans rende compte. L’auteur écrit de plus à la troisième personne du singulier, ce qui m’est déjà assez désagréable car ma vitesse de lecture et de compréhension se trouve subitement divisée par 2. Ivy est un personnage étrangement bipolaire avec ses réactions trop simples et parfois difficiles à comprendre. Tristan est fade tout en étant intriguant. Pour le reste, la trame est très peu fluide et m’inquiète pour la suite. J’espère que la suite rattrapera le désastre de ce début. Sachant qu’une saga spin-off est sortie de ce même auteur et me donne énormément envie.

Pour les couvertures de ce premier tome dans d’autres langues :

le-baiser-de-l-ange,-tome-2---soupcons-122080-250-400 le-baiser-de-l-ange,-tome-2---soupcons-122081-250-400 le-baiser-de-l-ange,-tome-2---soupcons-128844-250-400 le-baiser-de-l-ange,-tome-2---soupcons-54730-250-400

Pour la saga spin-off, le premier tome :

41ErajGOZZL._

A bientôt pour l’avis définitif et complet de ce premier tome.

18ème chronique : Le Clan du Hameau, tome 1 : Réveil de Karen Lad

Sur ma page Booknode, des gens ne cessaient de me parler de la saga de Karen Lad : Le Clan du Hameau; dont le nom m’était totalement inconnu. Jusqu’au jour où j’ai voulu découvrir ce livre, je suis tombé sous le charme du résumé et me suis lancé dans la lecture du premier tome de cette pentalogie (série de livres en 5 tomes).

le-clan-du-hameau---tome-1---reveil-89838-250-400

Après avoir reçu ce livre, j’ai observé la couverture et me suis aperçu que cette dernière n’est pas une photo mais bien une peinture que je trouve magnifiquement réalisée et très charmante. Cependant, elle ne correspond pas à l’ambiance plutôt solaire de ce premier tome.

Elie Vax, tout juste dix-huit ans, est sommée un peu rudement par ses tuteurs de trouver rapidement du travail et de quitter la maison. Élevée par son oncle et sa tante qui n’éprouvent aucune sorte d’affection pour elle, Elie s’exécute et réussit à dénicher  un boulot au Canada. Elle part entretenir la maison de campagne d’un certain Monsieur Smith.

Des choses bizarres se passent dans cette vieille maison, et bien  qu’intriguée par le comporte-ment étrange de Monsieur Smith et de son frère, Elie ne se doute pas qu’elle vient d’entrer dans un  monde dangereux et fantastique.

Nul retour en arrière ne sera envisageable…

Le commencement de ce livre est très rapide et fluide. L’on entre très facilement dès le début dans la peau d’Elie Vax qui pourrait être une simple jeune femme banale mais qui a eu un passé difficile. Une fois dans le Hameau, elle est intriguée par Franck, le leader, et par le frère de ce dernier, Samuel qui est dans un état étrange qu’il simule en disant qu’il s’agit de schizophrénie. L’on découvrira l’identité de cette étrange famille composée également de deux autres membres : Simon (un cheval-garou) et Rose (dont on découvrira la nature au fil des pages…). Ces derniers personnages ont des caractères bien à eux que j’ai beaucoup apprécié. Le Hameau est une famille qui paraît au première abord tranquille sans aucun problème (excepté le fait que ce soit une famille de métamorrphes). Lorsqu’une terrible guerre éclate et qu’Elie est le centre de cette dernière.

J’ai beaucoup apprécié Franck (un de mes personnages préférés avec Elie) qui m’a beaucoup fait pensé à Carlisle dans Twilight avec son rôle de père de famille, sa compassion et sa bienveillance. Elie est différente des autres héroines parfaites/battantes/transies des autres romans de bit-lit, elle n’est pas parfaite et le sait, elle est la jeune femme qu’elle veux être et se donne le plus de chances et d’estime pour être celle qui entrera dans la vie du Clan du Hameau. Samuel est malheureusement un héros très ressemblant à « Edward » dans sa panoplie de l’amoureux torturé à la sauce Roméo Montaigu. L’histoire quand à elle était assez « cliché » durant le début et le début de la moitié, mais finit par devenir unique et surtout à la fin où elle devient exceptionnelle avec la bataille épique et le final impressionnant qui m’a donné envie de me jeter immédiatement sur le second tome.

Sur le blog officiel de Karen Lad, découvrez les photos qu’elle a attribuée pour les personnages principaux (dans leur peau animale) :

De gauche à droite : Simon, Franck, Samuel

2 468_373 Tigre-blanc-du-Bengale-Krasnoyarsk_galleryphoto_paysage_std

Une auteur qui mériterait d’être plus connue et que j’encourage à obtenir un plus grand succès. Un premier tome prometteur qui mérite une mention Coup de Coeur.

NOTE : 18,75/20

Les prochains tomes me tentent beaucoup et m’encourage d’acheter la suite en lot :

(De gauche à droite : tome 2, tome 3, tome 4, tome 5 (en prévision de sortie))

le-clan-du-hameau,-tome-2---sommeil-89836-250-400le-clan-du-hameau,-tome-3---conseil-174750-250-400le-clan-du-hameau,-tome-4---vermeil-620122-250-400le-clan-du-hameau,-tome-5---loch-eil-4200633-250-400 

17ème chronique : Blanche-Neige et le Chasseur de Lily Blake

Après avoir été voir le film du même nom « Blanche-Neige et le Chasseur » avec les excellents acteurs : Kristen Stewart, Chris Hemsworth et Charlize Theron; réalisé par Rupert Sanders; j’ai voulu me jeter sur le livre qui allait sortir dans un mois. Le film est vraiment parfait avec un univers sombre et une intrigue de conte revisitée recherchée, je ne pouvais qu’adhérer au livre. Et finalement… bonne surprise!

blanche-neige-et-le-chasseur-1712882-250-400 blanche-neige-et-le-chasseur-2202152

Une réécriture haletante du célèbre conte des frères Grimm, qui en révèle toute la modernité. Dix années se sont écoulées depuis l’assassinat du roi par la reine Ravenna, splendide et vengeresse, le soir même de leurs noces. Ces dix années de mainmise sur le royaume dévasté commencent à peser sur la maléfique souveraine. Pour empêcher sa magie de disparaître et sa beauté de s’évanouir, elle doit se nourrir d’un coeur pur. Le coeur de celle qu’elle garde prisonnière dans ses geôles, la fille du roi. Blanche-Neige réussit à s’enfuir et trouve refuge dans la Forêt des Ténèbres. La reine choisit d’envoyer dans ce lieu enchanté, peuplé d’une flore magique et d’une faune dangereuse, le seul homme qui en soit sorti vivant : Eric, un chasseur torturé. Cet homme, pour qui la vie ne recèle plus aucun espoir, accepte de ramener la jeune fille. Mais face à sa proie, il hésite. La tuera-t-il ? Ou l’aidera-t-il à devenir le plus grand guerrier que le royaume ait connu ?

Lorsque l’on m’a offert pour mon anniversaire Blanche-Neige et le chasseur, je me suis directement lancé dans l’histoire, les yeux rivés et passionnés sur chaque page. Le livre se présente comme une simple novélisation comme il est indiqué en haut du roman « Le roman du film« , et finalement, même si l’histoire est la même, j’ai eu le même ressenti qu’en lisant un roman « normal ». Le format de ce livre est vraiment très beau avec des illustrations sombres à l’intérieur. J’ai apprécié également le fait que ce soit un livre de la collection « Black Moon ». Ce livre se présente donc comme un conte revisité fantastique, pour moi, il s’agit plus d’un roman de dark fantasy, au sens littéral du terme, après, il ne contient pas tous les éléments de ce genre. L’on commence avec Blanche-Neige, faible, enfermée durant une dizaine d’année après avoir vu son père mourir, cette dernière deviendra au fil du temps d’une importance capitale pour le royaume de Tabor et pour la Reine. Cette dernière est le personnage que j’ai le plus aimé car elle est une femme puissante et sans-coeur qui a eu un passé très compliqué et qui possède des raisons très abouties de se venger et d’être ce qu’elle est devenue. J’ai moins aimé le Chasseur qui est assez cliché mais dont j’ai tout de même apprécié le caractère torturé et mystérieux. Le Prince, même étant peu présent, m’a fasciné par sa passion pour Blanche-Neige. L’univers du livre est un véritable miroir car l’on s’aperçoit qu’à travers un paysage magnifique et verdoyant, se cache une forêt monstrueuse, sombre et angoissante. La fin est assez attendue, mais j’ai tout de même apprécié les dernières lignes.

Snow-White-and-the-Huntsman-Promos-snow-white-and-the-huntsman-24106400-1235-1280

Un roman donc très intéressant et très beau, avec des personnages très très bien imaginés et une intrigue hors du commun. Très vivement conseillé.

En anglais :

Snow-White-And-The-Huntsman-Book

NOTE : 18,5/20

SWATH-Wallpapers-snow-white-and-the-huntsman-27984857-1920-1200

Pour le film, j’ai entendu qu’une suite était prévue en 2015, qui raconterait l’histoire du Chasseur.

Je trouve l’idée mauvaise car c’est un one-shot qui est superbe et qui n’a pas besoin de suite.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=217040.html

Lecture(s) en cours #1 : Les Chroniques Lunaires, tome 1 Cinder de Marissa Meyer

Durant cette semaine, je me suis lancé dans une série de 4 livres nommée Les Chroniques Lunaires. Il s’agit d’une saga de contes revisités dans une version science-fiction très futuriste. Le premier tome, Cinder, a fait beaucoup de bruit sur la blogosphère. Cette saga a obtenue au fur et à mesure un succès important chez les jeunes adultes. Intrigué par cette nouvelle série (et adorant les contes revisités), j’ai commencé ma lecture de Cinder, et je n’en suis pas déçu.

les-chroniques-lunaires,-tome-1---cinder-3851822-250-400cinder zapato de cristalcinder_spain les-chroniques-lunaires,-tome-1---cinder-3851832-250-400les-chroniques-lunaires,-tome-1---cinder-374885-250-400les-chroniques-lunaires,-tome-1---cinder-1741492-250-400

Les humains et les androids se pressent dans les rues bruyantes de la Nouvelle-Pékin. Une peste mortelle ravage la population. Depuis la lune, un peuple sans pitié observe la situation, en attendant de passer à l’attaque… Personne ne sait que le sort de la Terre ne dépend que d’une seule fille… Cinder est un cyborg, une mécanicienne très douée. Citoyenne de seconde classe, elle a un passé mystérieux, et vit avec ses désagréables belle-mère et belles-sœurs. Sa rencontre avec le prince Kai va la précipiter au cœur d’une lutte intergalactique. Partagée entre le devoir et la liberté, la loyauté et la trahison, elle doit découvrir les secrets de son passé, afin de protéger l’avenir de son monde.

J’ai eu très peur pour le commencement de ce livre car, le premier chapitre est très vague est assez incompréhensible, au point que j’ai longtemps cherché les relations et rapports entre les personnages. La suite s’éclaircit, l’on en apprend plus sur l’identité principale et le caractère des personnages. L’on retrouve les personnages typiques et principaux du conte de Cendrillon. L’intrigue est très futuriste avec de nouvelles technologies, des êtres différents de nous, et un univers remanié sous l’emprise d’une monarchie novatrice. J’apprécie beaucoup Cinder qui est très touchante, réaliste (malgré le fait quelle soit mi-humaine, mi-cyborg) qui a des idées révolutionnaires et intelligentes sans être la femme parfaite qui va tout à coup changer le monde. L’intrigue se dirige dès le début vers un virus mortel appelé « létumose » qui va s’abattre sur un proche de Cinder et qui va changer cette dernière. Bien des personnages importants vont être infectés et don vont subir des fins émouvantes. Le rapprochement improbable et peut-être trop lent entre Cinder et le prince Kai est vraiment très beau mais paraît malheureusement (pour l’instant) plus amical que romantique. J’espère que la suite me bouleversera pour avoir envie de me jeter sur la suite, Scarlet dont j’adore la couverture américaine. Dans une prochaine chronique, je publierai ce que je pense de la suite et fin de Cinder, une fois ma lecture achevée.

En tout cas, ce livre est bien parti pour que je continue la saga qui me fait ENORMEMENT envie !

13278636les-chroniques-lunaires,-tome-1---cinder-3851822-250-40016075962  Scarlet by Marissa Meyercress-by-marissa-meyer113206900