8ème chronique : Le pays des contes de Chris Colfer

En plein dans la vague des contes revisités en ce moment, la littérature m’a une fois de plus emporté avec sa nouvelle « mode » et pour cause, Le pays des contes sortait le 17 octobre 2013 dans une de mes éditions favorites, Michel Lafon.

Pays des contes

N’ayant jamais vu la série Glee, j’avais tout de même déjà entendu parlé de Chris Colfer avec son précédent livre sorti « Struck : Comment foudroyer sa réputation en l’air ». Alors, quand j’ai appris qu’un livre sur les contes de fées revisités sortait, j’ai sauté sur l’occasion.

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux du nom d’Alex et Conner… Depuis le décès de leur père, leur grand-mère s’occupe d’eux. Et lorsque celle-ci leur offre un livre qu’ils lisaient étant petits, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.

Et pour cause, ce grimoire est magique et les transporte dans un monde où les contes sont bien réels. Sauf que ce monde se révèle beaucoup moins merveilleux que celui des livres ! Boucle d’or est une criminelle activement recherchée, Blanche-Neige dissimule péniblement un lourd secret, et même le Petit Chaperon rouge n’est plus une gentille fillette. Pour s’échapper de cet univers, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques, parmi lesquels la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en évitant les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique… qui pourrait bien piéger à jamais les jumeaux dans cette étrange contrée.

ENTREZ DANS LA LEGENDE

IL ETAIT UNE FOIS…

J’ai commencé ce livre en en attendant beaucoup de l’intrigue alors, le début m’a un peu déçu par son commencement relativement lent et le manque de crédibilité, sachant que le début me rappelait « Les Chroniques de Spiderwick » et « Les orphelins Baudelaire ». Au bout du troisième ou quatrième chapitre, l’histoire est devenue fluide et j’ai pu profiter entièrement de ce nouvel univers de contes qui reste toujours dans une ambiance « Disney » mais dont les histoires se mélangent entre elles et ce n’est pas une si mauvaise idée au lieu de vouloir faire « trop original ». Pour ce qui est des personnages, les deux jumeaux sont malheureusement très stéréotypés au début de l’histoire mais la suite fait d’eux des jeunes personnes que j’ai trouvé finalement matures et dont j’ai même pensé qu’ils étaient des adolescents à la fin du livre. Les personnages de contes sont exactement ceux à quoi je m’attendais, des êtres totalement remaniés et revus à la perfection. Il y a des références vraiment très mignonnes à d’autres sagas telles que « Les Chroniques de Narnia » de C.S Lewis avec les fameux loups au ordres de la reine. La reine de ce livre est vraiment un personnage énigmatique et incroyablement surprenant, c’est pour cela que je l’ai adorée par sa force et son caractère. C’est donc une très belle découverte qui m’a donné très envie de lire la suite. J’ai remarqué également, quelques ressemblances, au début et à la fin de ce livre, avec la série télévisée « Once Upon a Time » avec l’histoire haineuse-compatissante entre Blanche-Neige-La Reine. Un dernier petit défaut remarqué qui m’est totalement « dédié » donc c’est fort possible que cela ne vous dérange pas lors de votre lecture, c’est le fait que j’ai trouvé ma lecture trop bien menée à tel point que je n’ai pas eu de réelles surprises. J’ai beaucoup appréciée la mise en page magnifique des éditions Michel Lafon qui ont fait de ce livre un splendide objet.

Donc cette saga n’a pas finit de faire parler d’elle dans mon blog, puisque je veille de très près la sortie du second tome en français.

Regardez-moi ces magnifique couvertures :

couv59110745

On remarque sur cette magnifique couverture la Reine des Neiges dans son beau manteau de… neige; la Sorcière des Mers plus terrifiante que jamais, un mystérieux ours blanc à la Iorek Byrnison; et la harpe de Jack et le haricot magique.

La couverture du tome 2 en français (qui sortira le 15 mai 2014)

pays des contes 2

Et le troisième tome :

the-land-of-stories,-tome-3---a-grimm-warning-406537

Cette couverture est la plus belle des trois pour moi mais aussi la plus « étrange », puisqu’on a affaire à une bande d’hommes habillés en notaires, une licorne tout droit sortie de la Vallée enchantée, un homme qui a voulu jouer à l’Homme invisible (ou à Zorro peut-être ?) et une mamie-sorcière qui est sortie trop tôt d’une station de ski. Ensuite, pour l’image centrale, l’on a affaire à un majestueux dragon, des trolls un peu trop « tolkiénés », des sorcières des contes de la Rue-Broca, et des soldats de l’armée de Sa Majesté.

NOTE du premier tome : 17/20

Publicités

13 réflexions sur “8ème chronique : Le pays des contes de Chris Colfer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s