5ème chronique : Sa majesté des mouches de William Golding

En classe de 5ème, nous devions lire un livre d’aventure au choix entre l’Ile au trésor, Sa majesté des mouches, Robinson Crusoé (que j’avais déjà lu), l’Ile mystérieuse et le Royaume de Kensuké. J’ai alors décidé de me lancer dans « Sa majesté des mouches » de William Golding.

Sa-majesté-des-mouches-de-William-Golding

L’évidence est là : il n’y a pas d’adultes sur l’île, seulement des enfants. L’avion qui transportait les collégiens britanniques a pris feu avant de sombrer dans le Pacifique. Ralph rassemble les rescapés et s’efforce d’organiser la survie du groupe. Mais, s’ils sont nombreux à applaudir ses décisions, presque tous préfèrent se baigner dans le lagon ou jouer à l’ombre des palmiers, au lieu d’entretenir le feu qui alerterait les bateaux croisant au large. La nuit, cependant, leur sommeil se peuple de créatures terrifiantes. Et s’il y avait vraiment un monstre tapi dans la jungle ? Sous l’impulsion de Jack, violent et jaloux de Ralph, la chasse au monstre est déclarée. Mais les partisans de Jack et ceux de Ralph ne vont pas tarder à s’affronter cruellement…

J’explique ce choix avant de commencer la chronique, l’Ile au trésor était un livre qui était trop long à lire pour moi dans un délai d’une semaine sachant que je lisais 1 heure par soirée. L’Ile mystérieuse ne me tentait pas et le Royaume de Kensuké non plus.

Alors, que dire, que dire… …

Sa Majesté des mouches a été pour moi une très très grande déception. Le sujet est très intéressant puisqu’assez réaliste. Les premières pages étaient bien sympathiques avec la belle écriture de Golding et les longues descriptions… Le problème est tel que, au bout de 50 pages, quand on nous raconte toutes les 5 pages, deux long paragraphes sur la couleur d’une fleur bleue (désolé pour le spoiler de la fleur bleue), on va dire que je n’avais qu’une envie, jeter ce livre à travers la fenêtre sans ouvrir la vitre. La suite s’est empiré puisque se sont enchaînées des scènes sanglantes et malsaines entre enfants et j’ai trouvé ça réellement horrible. Les enfants sont des êtres totalement stupides et incontrolabes qui deviennent très vite des véritables animaux sauvages. J’ai passé trois heures tous les soirs à lire ce livre réellement morbide et se révélant comme une ode à la violence et la perversité. Un livre vraiment à éviter car très très mauvais.

NOTE : 5/20 (j’ai tout de même mis 5 points car j’accorde cinq points d’avance à chaque livre pour le travail qu’à fournit l’auteur)

Le film, que je ne regarderais pas :

sa-majeste-des-mouches-295062

Publicités

Une réflexion sur “5ème chronique : Sa majesté des mouches de William Golding

  1. Temarichan dit :

    Sa majesté des mouches est une oeuvre complexe qui demande du travail sur soit même mais aussi sur l’écriture du roman. J’ai compris grâce à ma prof de littérature. Ce n’est pas un roman divertissant mais un roman d’étude de l’a-société, du genre humain et il est simplement fabuleux, dérangeant et compliqué : c’est un 15 minimum que je mettrai ^^
    A ma décharge je l’ai lu en seconde quand j’ai commencé a m’intéresser a autre chose que ce que je connaissais déjà =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s