16ème chronique : L’ombre des vampires de Mette Skot Perschke

Il y a un an, j’ai cherché un livre ressemblant à Twilight, j’ai donc cherché sur internet, le fameux livre qui pourrait me plaire. Et il se trouve qu’en visitant ce site : http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20090127121250AAFH9fK ; j’ai découvert un nouveau livre dont le titre ne me disait vraiment rien et, au résumé, j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre unique (sans suite ! Alléluia !).

515J1S9T65L._ 9782266103794_4_75

Il s’agit tout d’abord d’un livre que quasiment personne ne connaît et qui a été édité en 2004. Alors, cela m’a donné encore plus envie de l’acheter.

Ce soir-là, elle n’aperçoit d’abord que sa fine silhouette. Il se tient près de la tombe, où l’obscurité est la plus dense. Il s’avance vers elle. Ses yeux sont foncés, très foncés. Son regard est si intense que Sara a soudain la sensation de flotter. « J’ai l’impression de le connaître depuis toujours », se dit-elle. Pourtant ils viennent à peine de se rencontrer… Elle tend une main prudente vers lui.
– Il ne faut pas que tu me touches, implore-t-il.

Le début est un commencement type de livre bit-lit, l’héroine est très banale et apparaît comme un mixage entre Bella de Twilight et Elena de Journal d’un vampire. Le début est très simpliste avec une héroine en pleine « puberté », avec des vagues de rébellion avec son père, suite à la mort de sa mère. L’intrigue avance cependant très vite et c’est un point que j’ai grandement appréciée, la rencontre avec Andréas, un vampire de la même lignée que Stefan Salvatore, arrive très vite, bien que ce dernier est torturé, il n’en est pas moins un être qui s’apitoie inlassablement sur son sort au point de jouer les Roméo transis. Une amitié soudée apparaît au fur et à mesure entre Andréas et Sara mais, l’histoire d’amour m’a semblé vraiment trop rapide et assez inutile. Lorsque Damian arrive, un ambiance plus dure et « démoniaque » se propage, ce dernier étant un bad-boy prétentieux aurait dû me plaire mais, il est réellement sans coeur et ne cache aucune émotion, car son amour pour Sara est réellement difficile à croire et inimaginable. Il y a également l’apparition de Vivian qui va très vite attirer le père de Sara, dès l’instant où ce personnage a commencée à s’intéresser à Sara, j’ai compris sa véritable nature. A la fin du milieu du roman, on découvre que Andréas et Damian étaient tombés amoureux tous les deux d’une certaine Thérèse et, il se trouve, que Thérèse ressemblait comme deux gouttes d’eau à Sara et se révèle être l’ancêtre de notre héroine principale. Scénario déjà vu non ? Et oui, lorsque j’ai lu ça, j’étais bouche bée devant cette pâle copie de Journal d’un vampire. La fin se lit très rapidement, l’amitié entre Andréas et Damian est assez spéciale puisque l’on a l’impression que Damian aime Andréas, ce qui m’a paru étrange puisque cela ne suit pas du tout la trame de l’histoire. La transformation de Sara est vraiment très bien écrite, la douleur du père de Sara et la scène finale sont très émouvantes. La fin m’a surpris et, alors, j’ai compris pourquoi ce livre n’aurait pas de suite.

Un livre que je vous conseille éventuellement pour une petite lecture de plage. Un livre assez cliché mais qui vous étonnera à certaines parties de l’histoire. Un récit agréable qui se lit assez vite.

NOTE : 15,5/20

Publicités

15ème chronique : Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Pour participer à la lecture commune d’Octobre 2013 sur Booknode, j’ai lu, durant ce mois, le livre le plus connu de Daniel Keyes. Et je n’ai pas été déçu de participer à cette lecture commune.

41ZcGWrAEwL

J’ai été très content de participer à cette première lecture commune, surtout, car c’est moi qui avait proposé de lire de ce livre avec les autres Booknautes. Je me suis alors lancée dans la lecture de ce roman, s’éloignant un peu du style de livre que je lis habituellement.

Algernon est une souris dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les savants tentent, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures d’Algernon commencent à décliner… Cette édition augmentée contient, en plus du roman, la nouvelle originale  » Des fleurs pour Algernon « , ainsi que l’essai autobiographique Algernon, Charlie et moi.

Risque de spoilers

Le début de ce roman est assez compliqué à lire, puisque, étant un adorateur de la bonne orthographie, le début du roman est volontairement rempli de fautes puisque Charlie, homme-enfant attardé mental, j’ai donc eu beaucoup de mal à m’intégrer dans l’histoire et comprendre chaque mot, mais, au fil du temps, ces pages remplies de fautes m’ont réellement émues car, si Charlie est un simple d’esprit, il a des idées et des pensées naives tout comme révolutionnaires, ce qui m’a réellement donné envie de le prendre dans mes bras… Pour la suite, j’ai apprécié les scientifiques qui essaient d’aider Charlie, puisque, en aidant le jeune homme, ils se dévoilent un peu, révélant leurs défauts/leurs qualités, j’ai également beaucoup aimé Alice Kinnian, elle qui a su accepter Charlie depuis le début et finir par l’aimer. J’ai senti que Charlie allait vivre une grande tragédie s’il finissaient par aimer inconditionnellement Alice, résultat des faits, il s’est rendu compte qu’il ne pouvait véritablement aimer à cause de ses problèmes. M’attendant à une fin tragique, j’ai tout de même espéré que Charlie continue à devenir intelligent comme il le devient au milieu du roman. Cependant, l’état d’intellectuel ne lui correspondait pas et cela n’était peut-être pas une si mauvaise chose qu’il décline, mais ses espoirs de rester intelligent étaient tellement émouvants que cela m’a vraiment brûlé vif de l’intérieur. Je n’ai pas pleuré à la fin de l’histoire mais les gens qui ne se préparent pas mentalement ou qui n’ont pas le coeur bien accroché, risquent de verser quelques petites larmes.

Fin de spoilers

Un roman magnifique avec une morale très bien trouvée. Des personnages remplis d’émotions et une intrigue intemporelle. En bref : un roman à lire absolument !

NOTE : 20/20

Dans mon édition se trouvait également une autre nouvelle de Daniel Keyes : Charlie, Algernon et moi 

Algernon

L’édition comporte également la nouvelle originale (tout aussi émouvante) « Des Fleurs pour Algernon ».

80305948_p

14ème chronique : Les Loups de Mercy Falls, tome 1 : Frisson de Maggie Stiefvater

Après avoir vu quelqu’un lire ce livre au collège, je me suis intéressé à cette saga et, remarquant que le sujet me plaisait beaucoup, j’ai décidé de me le procurer. A donc commencé ma lecture en compagnie des loups de Mercy Falls.

frisson

J’ai très vite commencé à lire ce vite et ma lecture a réellement été fulgurante tellement l’intrigue était poignante et percutante.

Grace, 17 ans, vit dans une petite ville du Minnesota, aux abords d’une forêt. A 11 ans, elle s’est faite attaquée par une horde de loups mais a survécu malgré les morsures, sauvée par un des loups de la bande. Les années ont passé, et un lien étrange s’est créé entre la jeune fille et ce loup, souvent présent autour de la maison, comme pour veiller sur elle. Lorsque Jack, un élève de son lycée, est retrouvé mort suite à une attaque identique à celle de Grace, la ville lance des chasseurs à travers la forêt. La plupart des loups parviennent à échapper aux balles, mais pas celui de Grace. Grace trouve alors devant chez elle un jeune homme blessé au regard étrangement familier…

Le début commence très bien avec un ambiance type young-adult bit-lit, et avec une bonne dose de suspens. Le début est intéressant par la présentation des personnages, des lieux etc. J’ai également beaucoup apprécié le milieu avec la description assez minime (malheureusement) de la mythologie des loups-« garous ». J’ai eu beaucoup de mal à accepter que ce livre est une histoire remplie de loups-garous car j’ai trouvé le fait que ces « loups » existent, assez inutile et servant de prétexte à l’histoire d’amour. J’ai tout de même réussi à apprécié l’existence des loups vers la fin du milieu. Sam est vraiment un être très bon et peut-être un peu trop parfait. J’avais beaucoup aimé Grace au début mais à partir du moment où elle est tombée amoureuse de Sam, j’ai trouvée ses réactions et ses faits vraiment très futiles et enfantins, comme le passage où, Grace et Sam sont allongées, s’embrassent et, après, Grace mord l’ongle et le bout du doigt de Sam. Alors : WHAT ?

J’ai également remarqué des termes qui ont étés piqués à Twilight, notamment le terme utilisé une ou deux fois : « imprégnation ». Il y a certaines fois où Grace s’exprimait un peu comme Bella de Twilight. J’ai trouvé très poétique l’expression de « mon loup » et très émouvante mais peut-être trop répétitive.

A part ça, j’ai été déçu de la mort d’un des loups-garous de la meute de Sam (ahaah, je ne dirais pas lequel), car il permettait le commencement d’un carré amoureux (oui ! oui un carré amoureux) complexe qui aurait été intéressant. Les descriptions des paysages sont vraiment très intéressantes et m’ont réellement fait rêver. La fin m’a énormément fait angoisser et transpirer tellement j’ai eu peur. J’ai été très triste de la fin et surtout en lisant la dernière ligne qui se termine en (depuis le temps, vous devez vous douter du mot que j’emploie si souvent, roulement de tambourcliffhanger insoutenable.

Un livre très plaisant avec quelques petites failles qui se sont finalement noyées dans l’émotion et la beauté que m’a fait traverser ce magnifique roman.

La suite : Fièvre; me tente beaucoup :

les-loups-de-mercy-falls-tome-2-fievre-60167-250-400

Grace et Sam doivent se battre pour être ensemble. Grace défie l’autorité de ses parents et garde un très dangereux secret, tandis que Sam lutte avec son passé de loup-garou. Mais Cole, un nouveau loup, menace de détruire ce fragile équilibre. Et, Isabel, pourtant amie de Grace et qui a déjà perdu son frère, se rapproche de lui…

J’ai entendu dire que Unique Features avait acheté les droits d’adaptations de cette saga, je ne sais pas où le projet en est, mais je trouve assez inutile une énième adaptation cinématographique surtout que j’ai beaucoup de mal à imaginer « Frisson » au cinéma.

les-loups-de-mercy-falls,-tome-1---frisson-83022

NOTE : 17,5/20

Maggie Stiefvater a également publiée une autre saga : La Prophétie Glendower; qui est une duologie, publiée entièrement en français aux éditions Black Moon :

logo_11988 logo_172186

Une saga qui me donne énormément envie avec un sujet très intéressant et des couvertures vraiment superbes (surtout la couvertures du tome 1). Et comme je lirai certainement cette saga en anglais, je vous présente les (sublimes) couvertures originales :

RavenBoys-most-recent 17347389

Une auteur qui continuera d' »hanter » mes chroniques. A bientôt Maggie Stiefvater.

29579_608012822548870_475133075_n

13ème chronique : Sortilège d’Alex Flinn

A une certaine période, l’on entendait beaucoup parler de Sortilège d’Alex Flinn aux éditions Black Moon alors je me suis lancé dans ce livre dont j’avais beaucoup d’appréhension et, étant mon premier conte revisité lu, j’ai évidemment adoré.

9782012016910FS

Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j’étais le type parfait : grand, beau, riche et… atrocement méchant. Je n’aimais que moi et c’est pour cela qu’un sort m’a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, velue, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d’une jeune fille, sinon…
Ceci n’est pas un conte de fées. Mon histoire prend place aujourd’hui, en plein coeur de New York. J’espère que quelqu’un va venir à mon secours.

L’amour saura-t-il me trouver… et me sauver ?

J’ai commencé cette lecture avec une légère appréhension, et finalement, cette appréhension a disparue au fil du temps. Cela a été très facile de détester Kyle puisque ce serait le genre de personne que je détesterai dans la vie réelle. Jusqu’à ce qu’apparaisse Kendra, la sorcière (pas dans le sens « Harry Potter » du terme mais dans le sens sorcière que l’on brûlerai vive sur le bûcher), j’ai adoré ce personnage car elle paraît réellement antipathique mais elle est torturée et bourrée d’émotions et de sentiments au fond. Découvrir la nouvelle facette de Kyle en monstre a été juste merveilleux puisqu’il est passé du « mec » odieux que l’on aurait envie d’étrangler à la triste bête que l’on voudrait protéger. Il y a le miroir, objet très important dans ce livre, qui m’a énormément plu, la création de cet objet est vraiment bien trouvée. Magda, la « femme de ménage-nounou » est vraiment adorable et apporte de très bonnes leçons à Kyle, j’ai beaucoup aimé ce personnage. Kyle devient au fur et à mesure très émouvant en dévoilant ses parts de lumière et ses parts d’ombres. Lindy est très émouvante et joue son rôle à merveille de « La Belle » sans être nunuche et sans être non plu la fille atteint du syndrome de Stockholm. Elle met du temps à s’habituer à sa situation et je trouve que c’est nécessaire dans ce genre d’évènement. Et, l’histoire d’amour naissante entre Kyle (qui veut se faire nommer Adrian) et Lindy est vraiment merveilleuse.

J’ai adoré le moment où Kyle et Lindy lisent un poème dans la serre, cette scène est tellement émouvante.

La fin m’a fait verser des petites larmes car, même si elle est heureuse et prévisible, j’ai lu les dernières pages à un moment assez compliqué de ma vie alors j’ai été très ému.

Une histoire belle, tout simplement. Que je conseille mille fois.

NOTE : 20/20

J’ai également vu le film du même nom avec Alex Pettyfer et Vanessa Hudgens.

19733756

J’ai été très déçu, après avoir lu le livre, j’ai immédiatement acheté le film, le rôle des acteurs est très bien, seulement, la plupart de l’histoire est oubliée, j’ai moins senti la morale de l’histoire puisque tout se passe très vite, Kyle est transformé en humain aux tatouages qui le rend laid alors que dans le livre, il devient une véritable bête, le miroir qui est un élément important est oublié, Kendra semble beaucoup plus « méchante » dans le film que dans le livre et Lindy semble aussi stupide qu’un nain de jardin en se laissant amadouer. La bonne de la maison est comme une maman pour Kyle et elle s’appelle Zola au lieu de Magda dans le livre et Will est complètement marginal et ses blagues vaseuses sont vraiment très lourdes. Film très décevant. Les acteurs sont cependant géniaux.

J’ai entendu parler que Alex Flinn avait écrit d’autres livres, et encore mieux, d’autres contes revisités tels que :

a-kiss-in-time-112639 Revisitant « La Belle au bois dormant ».

Talia fell under a spell. . . .
Jack broke the curse.

I was told to beware the accursed spindle, but it was so enchanting, so hypnotic. . . .

I was looking for a little adventure the day I ditched my tour group. But finding a comatose town, with a hot-looking chick asleep in it, was so not what I had in mind.

I awakened in the same place but in another time—to a stranger’s soft kiss.

I couldn’t help kissing her. Sometimes you just have to kiss someone. I didn’t know this would happen.

Now I am in dire trouble because my father, the king, says I have brought ruin upon our country. I have no choice but to run away with this commoner!

Now I’m stuck with a bratty princess and a trunk full of her jewels. . . . The good news: My parents will freak!

Think you have dating issues? Try locking lips with a snoozing stunner who turns out to be 316 years old. Can a kiss transcend all—even time?

cloaked-129012-250-400 Revisitant « La Princesse et la Grenouille ».

I’m not your average hero. I actually wasn’t your average anything. Just a poor guy working an after-school job at a South Beach shoe repair shop to help his mom make ends meet. But a little magic changed it all.

It all started with a curse. And a frognapping. And one hot-looking princess, who asked me to lead a rescue mission.

There wasn’t a fairy godmother or any of that. And even though I fell in love along the way, what happened to me is unlike any fairy tale I’ve ever heard. Before I knew it, I was spying with a flock of enchanted swans, talking (yes, talking!) to a fox named Todd, and nearly trampled by giants in the Everglades.

Don’t believe me? I didn’t believe it either. But you’ll see. Because I knew it all was true, the second I got cloaked.

towering-4227572-250-400 Revisitant « Raiponce »

When Rachel was taken to live in a tower by a woman she calls Mama, she was excited. She felt like a princess in a castle. But many years later, Rachel knows her palace is really a prison, and begins to plan her escape. She is encouraged by the speed with which her golden hair has been growing. It’s gotten long enough to reach the ground. And she’s begun dreaming of a green-eyed man. Could he be out there in the world? Is he coming to save her? Or will she find a way to save herself?

Et un dernier qui est OMG !

Je vous mets les deux couvertures :

bewitching---the-kendra-chronicles-4227542-250-400 bewitching---the-kendra-chronicles-4227552-250-400 Qui raconte l’histoire de Kendra, alors il ne tardera pas à arriver dans ma PAL, comme les autres d’ailleurs.

Bewitching can be a beast. . . .

Once, I put a curse on a beastly and arrogant high school boy. That one turned out alright. Others didn’t.

I go to a new school now—one where no one knows that I should have graduated long ago. I’m not still here because I’m stupid; I just don’t age.

You see, I’m immortal. And I pretty much know every-thing after hundreds of years—except for when to take my powers and butt out.

I want to help, but things just go awry in ways I could never predict. Like when I tried to free some children from a gingerbread house and ended up being hanged. After I came back from the dead (immortal, remember?), I tried to play matchmaker for a French prince and ended up banished from France forever. And that little mermaid I found in the Titanic lifeboat? I don’t even want to think about it.

Now a girl named Emma needs me. I probably shouldn’t get involved, but her gorgeous stepsister is conniving to the core. I think I have just the thing to fix that girl—and it isn’t an enchanted pumpkin. Although you never know what will happen when I start . . .

12ème chronique : Eternels, tome 1 : Evermore d’Alyson Noel

En étant en vacances, j’ai vu quelqu’un lire Eternels tome 1 que j’avais déjà repéré sans m’y intéresser environ un an avant, alors, j’ai voulu tenter de commencer cette saga en entamant le 1er tome.

eternels_01_evermore

J’aime beaucoup le titre anglais de cette saga : The Immortals; j’avoue, c’est cliché, mais je trouve ce titre vraiment très beau.

Avant l’accident, Ever Boom était une adolescente populaire et joyeuse. Quand elle perd toute sa famille dans cet épisode tragique, elle reçoit soudain un terrible don : celui de lire dans les pensées des gens et de connaître leur vie simplement en les touchant. Elle se renferme alors sur elle-même et évite le contact des élèves du lycée qui la regardent comme une chose bizarre…
Jusqu’au jour où elle rencontre Damen Auguste.

Damen est mystérieux et d’une beauté inquiétante.
Toutes les filles du lycée se le disputent mais c’est à Ever qu’il s’interesse. Or c’est le seul être dont elle ne peut pas découvrir les pensées. Et personne ne sait réellement qui il est ni d’où il vient. Damen n’est pas un simple mortel, Ever en est certaine. Elle sait aussi qu’elle est profondément et irrémédiablement attirée par lui…

J’ai commencé ce livre de suite après avoir effectué mon achat. J’ai tout de suite été emporté par la plume d’Alyson Noel, si simple, si belle et si efficace, l’auteur sait déjà où elle veut nous emmener, connaît le fin mot de l’histoire et nous mène par le bout du nez jusqu’à la fin.

L’écriture est très fluide à tel point que c’est devenue un véritable page-turner insoutenable. L’intrigue est pas très originale mais vraiment superbe, j’ai aimé pour une fois que cette lecture soit bourrée de clichés car ce livre est loin d’être parfait et c’est ce que je voulais, un livre qui ne se prétende pas être parfait.

Les personnages sont très bien décrits, avec leurs côtés humoristiques, leurs côtés sombres…

Ever est assez torturée dans son rôle et a du mal à s’accepter, elle n’est pas non plus un souffre-douleur de soit-même et j’ai aimé ça. Damen n’est pas un bad-boy, mais un prince charmant très convenable. Les autres personnages sont tous très bien écrits. Drina est vraiment insupportable, même avec ce petit côté « garce » que j’aime bien généralement, qui apporte un bonne dose de « peps », je n’ai pas réussi à la supporter, elle est vraiment abominable.

La deuxième partie de l’histoire est juste excellente, là, il n’y a aucun défaut, toutes les émotions passent à travers nous, du rire à l’émotion. La fin se termine en un énième cliffhanger (décidément la littérature adolescente tient à respecter ce « rôle »).

Je conseille fortement ce premier tome.

NOTE : 19/20

Je continuerais à lire du Alyson Noel, elle a une tellement belle écriture, je ne sais pas si « Eternels » sera adapté au grand écran, mais j’ai entendu que Summit Entertainment avait acheté les droits à adapter cette série, mais je suppose que ces films apparaîtront dans un petit moment.

J’ai acheté la saga Radiance d’un coup, la saga spin-off d’Eternels, les quatres tomes achetés à 4€, j’allais pas cracher dessus, elle raconte l’histoire de la soeur d’Ever, morte, Riley Bloom.

2969308921_1_3_1YRdcfqU radiance,-tome-2----clat-193502  radiance-3radiance,-tome-3---au-coeur-des-reves-4086822

Le résumé du premier tome :

Après l’accident, Riley Bloom n’a pu se résoudre à suivre ni sa soeur Ever qui regagnait le monde des vivants, ni ses parents qui partaient pour celui des morts. Elle est restée coincée entre les deux, dans un espace indéfini qu’on appelle Ici. Riley y retrouve son chien et peut rendre visite à Ever quand elle le souhaite. Jusqu’au jour où elle est convoquée devant le Conseil qui lui fait remarquer que la vie après la mort ne consiste pas à prendre du bon temps pour l’éternité… On lui assigne donc une fonction, celle de Passeur d’âmes, ainsi qu’un étrange guide : Bodhi. Ensemble, ils doivent convaincre les esprits égarés de rejoindre l’autre monde. Leur première mission : un garçon, un Rayonnant, qui hante un château anglais depuis des siècles. Beaucoup de Passeurs ont essayé de lui faire traverser le pont, sans succès. Pour y parvenir, Riley va devoir découvrir le secret qui l’étouffe et affronter ses plus grandes peurs.

Alyson Noel a également sortie une autre série « Les Chasseurs d’Ames »

411TGcqisNL._ 5148o1fDDcL._ 516cMplSXeL._

Résumé du premier tome :

Daire Santos devient folle. Jour après jour, elle est assaillie de terrifiantes visions. Et ses rêves sont hantés par un garçon aux yeux d’un bleu surnaturel. Après une hallucination particulièrement violente, l’adolescente est diagnostiquée schizophrène, et envoyée chez sa grand-mère, Paloma, dans l’espoir que le calme parviendra à apaiser ses crises. Mais Paloma sait ce que les visions de sa petite-fille signifient : c’est l’éveil à sa nature de Chasseuse d’âmes. Elle est destinée, comme son père avant elle, à naviguer entre le monde des vivants et celui des morts. Dans les plaines poussiéreuses du Nouveau Mexique, elle devra apprendre à maîtriser son héritage chamanique, car si ses pouvoirs sont puissants, ils sont aussi mortels. Et lorsqu’elle rencontre Dace, le garçon de ses rêves, son monde s’écroule. Est-il son âme sœur ou son pire ennemi ? Car une menace grandit de jour en jour, et Daire pourrait y perdre bien plus qu’elle ne le croit. Aimer est un danger mortel.

11ème chronique : Le livre des lunes, tome 1 : 16 Lunes de Kami Garcia et Margaret Stohl

Acheté dès sa sortie, je n’ai lu 16 lunes qu’au début de l’été dernier et j’ai un avis bien mitigé à l’égard de ce premier tome.

16LUNES_135X215_dos43_COUV_quadri.qxd:Mise en page 1

Une couverture magnifique, un synopsis mystérieux et une idée originale en prime. Je me suis lancée dans la lecture de ce livre désormais devenu connu dans la blogosphère.

Le commencement a été très brusque puisque j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire au tout début et ça été problématique pour les 100 pages suivantes puisque l’action ne commence et se développe qu’à partir de la 150ème page. Alors, j’ai été très énervé envers ce livre qui promettait tant de choses. J’ai réellement détesté Amma car je l’ai trouvée ignoble (pour punir Ethan, elle lui donne deux rations de plus d’oeufs et de bacon à manger), alors j’ai apprécié la deuxième partie où elle est moins présente. Quand à Ethan, il est très gnan-gnan au début avec des réflexions qu’un garçon ne pourrait— à mon avis— ne pas se poser. J’ai trouvée Lena vraiment odieuse envers Ethan car, à chaque fois qu’il fait un pas vers elle, elle le rejette à trois mètres. L’amitié/amour qui se crée entre Ethan et Lena, quand à elle, m’a parut vraiment superficielle et futile car, j’ai l’impression qu’il se sont attachés l’un à l’autre rien que parce qu’ils ont besoins l’un de l’autre pour survivre, Lena pour gérer ses pouvoirs et Ethan pour arrêter de faire ces cauchemars. J’ai beaucoup apprécié l’oncle Macon, son état à la fin m’a donc beaucoup attristé. J’ai apprécié le fait que cette histoire ne soit pas une énième histoire de vampires, donc je remercie la collection Black Moon pour cette nouvelle once d’originalité. L’histoire commence à être très addictive, à mon avis, au moment où Ridley arrive, elle est tellement superbement écrite, entre la Victoria de Twilight et la Katherine Pierce de la série Vampire Diaries; un personnage réellement parfait pour enrichir et faire évoluer l’histoire. Link m’a semblé très faiblard et naif donc je n’ai pas réussi à l’apprécier. La fin, quand à elle est superbe. Alors, j’ai une très grande envie de lire la suite, 17 lunes, mais, à ce qu’il paraît, la suite est très lente et est le pire tome de la saga, alors je suis assez réticent. J’ai appris qu’une saga spin-off, allait sortir sous le nom de « Dangereuses créaturs », je trouve la couverture et le synopsis superbes, c’est une saga que je lirais sans doute à sa sortie française.

couv-dangerous-creaures

Ridley Duchannes sera la première à vous dire qu’elle n’est pas une gentille petite fille. C’est une sirène. Vous ne pouvez jamais lui faire confiance, ou même vous faire confiance lorsque vous êtes à ses côtés. Heureusement pour elle, il semblerait que Wesley « Link » Lincoln soit incapable de se rappeler que, partiellement Incube ou non, son cœur est celui d’un Mortel lorsqu’il s’agit de Ridley.
Lorsque Link s’envole pour New York pour commencer une carrière de musicien, Ridley l’accompagne, et elle a ses propres raisons de le faire. Comme si le fait de quitter le petit village de Gatlin pour la grand ville, de tenter de créer un groupe, et de survivre avec une Sirène partiellement amendée à ses côté n’était pas suffisant, Link va très vite apprendre que sa tête est mise à prix, pour une somme qu’aucun Caster ou Mortel ne pourra jamais débourser.

Avec la fameuse sucette de Ridley et un fond gris qui nous fait présager une ambiance sombre pour cette nouvelle série.

Margaret Stohl a récemment sortie un livre aux Editions Black Moon, qui promettait un succès phénoménal mais qui a été un réel flop.

Il s’agit de :

icones,-tome-1-4410473-250-400 Icons Margaret Stohl

Tout a changé depuis le jour du Jour. Le jour où les fenêtres ont explosé. Le jour où l’électricité a été coupée. Le jour où la famille de Doloria a été frappée par la mort. Le jour où la Terre a perdu une guerre dont elle ignorait qu’elle était en cours. Depuis, Dol vit une existence simple à la campagne, à l’abri des Icônes et de leur terrifiant pouvoir. Mais elle ne pourra pas se cacher éternellement de la vérité. Elle est différente. Elle a survécu. Pourquoi ? Dol et son ami de toujours, Ro, sont arrêtés et emmenés à l’Ambassade, au large de la cité tentaculaire autrefois appelée Cité des Anges. Alors que Ro et sa compagne de détention, Tima, se débattent contre leurs ravisseurs, Dol se retrouve irrésistiblement attirée par Lucas, le fils de l’Ambassadrice. Les quatre jeunes gens ignorent encore le lien qui les unit réellement. Car leur rencontre n’a rien d’une coïncidence. C’est une conspiration. Sous le règne des Icônes, Dol, Ro, Tima et Lucas découvriront que leurs émotions incontrôlables, qu’ils ont toujours considérées comme leur plus grande faiblesse, pourraient bien constituer leur plus grande force.

Et Kami Garcia a elle aussi tenté du s’initier à écrire en solo et à écrit un livre paru à la collection Black Moon et qui me tente beaucoup :

3205962817_1_4_1L3sMgMP Unbreakable

Quand Kennedy Waters trouve sa mère morte, son monde commence à s’écrouler. Elle ne sait pas que les forces paranormales d’un monde beaucoup plus sombre sont ceux qui tirent les ficelles. Pas avant que les vrais jumeaux Jared et Lukas Lockhart ne brisent les vitres de la chambre de Kennedy et détruisent un esprit dangereux qui a été envoyé pour la tuer. Les frères lui révèlent alors que sa mère faisait partie d’une ancienne société secrète chargée de protéger le monde d’un démon vengeur – une société dont les cinq membres ont tous été assassinées au cours de la même nuit. Maintenant Kennedy doit prendre la place de sa mère dans la Légion si elle veut découvrir la vérité et rester en vie.  Avec les nouveaux membres de la Légion, Priest et Alara, les adolescents se lancent dans une course visant à trouver la seule arme pouvant être en mesure de détruire le démon – luttant contre les esprits meurtriers qu’ils rencontrent à chaque étape de leur route.

Pour terminer cette chronique, je suis allée voir le film « Sublimes Créatures » s’inspirant de « 16 lunes » et, malgré quelques couacs, j’ai beaucoup aimé, je vous conseille de le voir.

affiche-Sublimes-creatures-Beautiful-Creatures-2012-2

Voici la bande-annonce :

10ème chronique : Zombillénium 1,2 et 3 de Arthur de Pins

Pour cette dixième chronique, je vais vous présenter ma série bande dessinée coup de coeur, et il s’agit de Zombillénium de Arthur de Pins :

zombiellenium-arthur-de-pins-couvertures.

C’est une saga que je connais depuis 2 ans. Cette série n’est malheureusement pas énormément connue et franchement c’est décevant car elle vaut vraiment le détour.

Le premier tome nous présente un environnement très humoristique et sympathique dans ce parc de créatures fantastiques.

Francis von Bloodt, vampire de son état, gère en bon père de famille le parc d’attractions Zombillénium. On n’embauche pas n’importe qui, chez Zombillénium : les simples mortels n’ont qu’à passer leur chemin, ici on ne travaille qu’avec d’authentiques loups-garous, vampires et momies. C’est ce que va découvrir Aurélien, un homme au bout du rouleau, trompé par sa femme ; et qui va se retrouver embauché malgré lui dans cette étrange entreprise. Gretchen, sorcière stagiaire, va l’aider à faire ses premiers pas…

Ce premier volume est principalement dirigé vers le personnage inquiétant et étrange de Gretchen, sorcière gothique qui sait comment s’attirer les problèmes. Ensuite, le volume est basé sur l’histoire d’Aurélien, jeune apprenti créature surnaturelle tavaillant dans le parc qui va créer des problèmes et peut être attirer les ennuis les plus problématiques sur ce parc, mais Aurélien est indispensable pour une quête que Gretchen dirige, pour assurer la survie et la bonne ambiance du parc. Un premier volume juste génial et vraiment détendant avec des dessins magnifiques.

Le deuxième tome, « Ressources Humaines » est le tome le plus « décevant » car l’histoire s’est beaucoup changée en se rendant sombre, peut-être trop pour une ambiance humoristique.

9782800150543-g 67886040

Tags sur les murs, avertissement du curé du coin : visiblement les esprits s’échauffent autour de Zombillénium. Quand on n’embauche que des morts (ou des sorcières !) dans une région où le taux de chômage est à 25%, il faut bien s’attendre à quelques frictions. Si l’on ajoute à ça des visiteurs une miette pénibles et des employés qui, pour être morts, n’en aimeraient pas moins prendre des vacances, on comprend que ce n’est pas trop le moment de venir parler revendications salariales à Francis Von Bloodt.

L’histoire se corse avec la venue d’un nouveau membre, Astaroth, et de sa mère, étrange personnage. L’on découvre la vérité sur la nature d’Astaroth. L’on parle très peu de Gretchen et d’Aurélien mais plus, désormais, de la vie assez répétitive du parc.

Une bonne suite qui pourrait plus être considérée comme un spin-off, plutôt qu’une véritable suite.

NOTE du deuxième tome : 17,5/20

J’ai attendu longtemps la sortie du trois et j’ai pu lire le troisième une fois acheté et j’avoue que c’est mon préféré et qu’il me tarde la sortie de Zombillénium 4.

Couv_197370

L’on a un nouveau président qui arrive et une révolte au parc apparaît. Les créatures surnaturelles sont plus menacées que jamais. Mais que veux réellement ce nouveau président.

C’est l’effervescence au parc Zombillénium. Envoyé par Behemoth lui-même, le vampire Bohémond Jaggar de Rochambeau est officiellement censé seconder Francis dans sa gestion du parc. Inquiets, les employés s’attendent au pire : ne le décrit-on pas comme un authentique tueur ? D’autant qu’à y regarder de plus près, les motivations de sa venue semblent bien moins anodines qu’annoncées. Sa mission, c’est de faire du chiffre, pour les actionnaires, certes, mais surtout pour Behemoth qui, lui, attend son comptant d’âmes. Francis, ulcéré, est obligé de courber l’échine devant ce consultant tout-puissant, bien décidé à prendre le pouvoir et à pervertir les règles de Zombillénium. Tandis que se préparent pour le parc de sombres moments, Aurélien traverse une mauvaise passe. Déprimé par sa condition d’immortel et par l’absurdité de sa vie… pardon sa mort, il fait un burn out. Et un burn out, chez un démon aussi puissant, cela peut être dévastateur. Retenu in extremis par Gretchen, il évite le pire. Et cela tombe bien, car Gretchen a un projet pour lui… Un nouvel épisode de Zombillénium particulièrement mordant, dans lequel on découvre les dessous du parc d’attractions le plus monstrueux du monde.

SPOILERS-SPOILERS-SPOILERS

J’ai été très triste à la mort d’Aton, la momie

FIN SPOILERS-FIN SPOILERS-FIN SPOILERS

Un nouvel épisode superbe, avec des dessins toujours aussi spectaculaires ! Bravo Mr De Pins.

NOTE du troisième volume : 20/20

J’ai appris qu’Arthur de Pins prévoyait de faire de Zombillénium un film, si ce projet abouti, je serais au rendez-vous à coup sûr. En attendant, l’affiche :

zombil10

ANNONCE A CEUX QUI ATTENDENT LE TOME 4 DE ZOMBILLENIUM :

Arthur de Pins étant sur le projet de son film (voir affiche ci-dessus), prévu pour 2016, n’assure pas la publication dans l’immédiat d’un 4ème tome (Source : Facebook).